«Nous n’avons pas encore acquis la culture des soldes»


Hacène Menouar. Président de l’association de protection du consommateur El Aman

– Les soldes d’hiver ont commencé samedi. Quelle conduite doit avoir un bon consommateur ?

La pratique des soldes est réglementée en Algérie depuis 2006, malheureusement, elle reste aléatoire et sans vraiment respecter la réglementation. D’abord, les consommateurs ne doivent pas considérer cet événement comme une occasion pour faire des achats à tout bout de champ sans recenser les vrais besoins.

Une fois que les besoins sont définis et listés, on conseille toujours de visiter le marché et les magasins quelques jours avant, pour baliser les articles recherchés et enregistrer les prix d’origine avant les soldes.

Les consommateurs doivent vérifier avant tout achat que les articles sont réellement soldés, ils doivent vérifier que l’étiquette porte l’ancien et le nouveaux prix après solde. Nous devons tous savoir que le commerçant n’est autorisé à pratiquer le solde, par la direction du commerce, qu’après présentation de la liste des articles à solder portant le prix d’origine, le taux de rabais et le nouveau prix à pratiquer pendant la période des soldes

– Sur les devantures des boutiques, certains termes prêtent à confusion, telles que liquidation ou promotion. Qu’en dites-vous ?

En effet, les consommateurs ne doivent pas être trompés. Les soldes ne sont pas une liquidation des articles périmés ou démodés. De même, les articles soldés doivent être exposés à part et ne pas être mélangés avec les articles non soldés.

Si une des anomalies suscitées est constatée, le consommateur peut se plaindre d’abord au commerçant, puis à l’inspection du commerce, la direction du commerce et aussi aux associations. Le consommateur doit connaître ses droits et faire très attention quant aux publicités trompeuses et mensongères. Pendant cette période, les commerçants se croient tout permis.

– Donc, finalement, nous n’avons pas la culture des soldes dans notre pays…

Effectivement ! Nous n’avons pas encore de culture de ventes promotionnelles. J’irai jusqu’à dire qu’il y a un véritable manque de culture de consommation. Nous déplorons également une absence totale de formation chez les commerçants et les vendeurs qui ne connaissent pas grand-chose en matière de réglementation.

D’où, justement, cette vague d’escroqueries constatée chez certains d’entre eux qui profitent du manque de vigilance des consommateurs. En parallèle, il est constaté une insuffisance du contrôle des services du commerce. Devant cet état de fait, les soldes dans notre pays sont considérées comme une période de quête d’une bonne affaire. Cependant le consommateur reste le maillon le plus faible.

Post Views: 14