Noureddine Bedoui accuse : «Le scrutin a fait l’objet d’une manipulation politique»


Le scrutin du 18 avril prochain a fait l’objet d’une manipulation politique et les auteurs de cette manœuvre ont échoué et ne réussiront pas à exécuter leurs plans.»

L’accusation est de Noureddine Bedoui, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, qui s’engage à mettre les moyens nécessaires pour la réussite de cette échéance, dont certains ont douté, dit-il, de sa tenue comme énoncé dans les lois de la République.

M. Bedoui s’exprimait hier, en présence du garde des Sceaux, Tayeb Louh, et de Abdelwahab Derbal, président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), à l’occasion de la première réunion en session ordinaire de cette dernière.

Ces trois acteurs chargés d’organiser, de superviser et de surveiller le processus électoral dans sa globalité vont collaborer ensemble pour faire, rassurent-ils, du prochain rendez-vous électoral un succès dans un processus de démocratie émergent et qui a souvent fait l’objet, de l’avis de M. Bedoui, de manœuvres.

Le ministre de l’Intérieur a révélé avoir donné instruction aux walis et aux walis délégués pour lever toutes les entraves que pourrait rencontrer l’instance dirigée par Derbal sur le terrain.

Pour sa part, le président de la HIISE a mis l’accent sur la nécessité de réviser l’ensemble des textes de loi en rapport avec l’organisation des rendez-vous électoraux dans le but de combler les vides juridiques constatés lors des précédentes échéances, notamment les élections législatives et locales organisées en 2017.

M. Derbal estime que les élections ont de tout temps créé des polémiques et des différends qui peuvent déboucher parfois sur des confrontations, au vu notamment de leur importance dans l’accession au pouvoir et la gestion des affaires publiques, d’où la nécessité de soumettre les lois qui les régissent à une révision permanente et continue pour garantir davantage de crédibilité et de régularité.

A la question de savoir ce que l’instance peut faire face aux candidats qui achètent les signatures, face au niveau intellectuel qui laisse à désirer des postulants et les outils dont dispose l’instance pour mener à bien sa mission, M. Derbal précise que lorsqu’il n’y a pas de preuve tangible, il ne peut pas accuser qui que ce soit de monnayer des signatures pour le dossier de candidature à la présidentielle.

«J’ai entendu parler de rumeurs, mais je n’ai aucune preuve pour accuser tel individu ou tel parti d’acheter des signatures pour le dossier de candidature à la présidentielle.» M. Derbal assure qu’en cas de preuves, la personne concernée risque des poursuites pénales. Il invite ainsi les gens à apporter des preuves et à dénoncer de telles pratiques condamnées par la loi.

S’agissant du niveau et de la qualité des candidats, il pense que tout Algérien remplissant les conditions d’éligibilité pour être candidat à la présidentielle peut retirer les formulaires et tenter sa chance, toutefois, l’instance envisage de proposer la révision des critères pour pouvoir postuler au poste de magistrature suprême.

Par ailleurs, le président de HIISE a refusé de répondre aux partis qui émettent des doutes sur les capacités de l’instance à assumer la mission qui lui est assignée. Il considère que le perfectionnement du processus électoral était «un travail permanent et constant et non conjoncturel». M. Derbal demande aux membres de l’instance d’appliquer la loi dans toute sa rigueur pour protéger le droit des candidats, comme il promet de les traiter sur un pied d’égalité.

Le président de l’instance s’est plaint par le passé d’un manque de moyens humains et matériels. Mais il assure que le ministère de l’Intérieur a répondu favorablement aux doléances de la HIISE.

De son côté, le ministre de la Justice s’est dit prêt à prendre le relais dans le traitement des saisines qui arrive de l’instance indépendante, d’une juridiction administrative et la traduction de certaines affaires en pénal.

Il affirme que 1541 magistrats seront mobilisés au niveau des communes le jour du scrutin et 288 autres seront nommés dans les commissions électorales de wilaya à travers tout le territoire national.

Related Post

Procès des 17 manifestants de Bouira : Des acquitt…
Théâtre Régional de Batna : Quand le talent fémini…
A quoi servent les comités d’architecture, d’urban…
Azzaba (Skikda) : Des citoyens bloquent les rails …

Post Views: 1 097