Mouvement au ministère de la Santé : Les postes vacants enfin comblés


A l’issue de l’installation des nouveaux directeurs à la tête des directions centrales, le ministre de la Santé a déclaré, selon un communiqué rendu public par le ministère, que «ce mouvement visait à améliorer la qualité des soins».

Les départs à la retraite, les mises de fin de fonction et les départs inexpliqués de nombreux cadres au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et l’épidémie de la Covid-19 ont durement affecté le fonctionnement de certaines directions dans ce département depuis près de six mois.

Le Pr Abderrahmane Benbouzid, le ministre de la Santé, s’est adapté, malgré tout, à cette situation. Non sans difficulté. Un départ presque «forcé», en mars dernier, de l’ancien secrétaire général du ministère, en la personne de Yahia Dahar, remplacé officiellement ce mois de juillet par M. Saihi, a sérieusement impacté la gestion des dossiers relatifs à la santé publique et aux structures hospitalières en ces temps de pandémie, malgré l’aide apportée par l’ex-chef de cabinet qui assurait les deux fonctions et qui a été remercié en juin dernier. Le poste de chef de cabinet est toujours vacant.

La nomination par le président de la République du Pr Smail Mesbah, membre du conseil scientifique du suivi de l’évolution de la pandémie, qui s’est distingué durant toute cette période par une assiduité et une discipline exemplaires, comme ministre délégué à la Réforme hospitalière, vise à donner, sans doute, une nouvelle dynamique au secteur et faire face à la crise sanitaire.

Des directions et des postes stratégiques sont restés sans responsables durant toute cette période de pandémie, à l’image de la Direction générale des structures de santé publique (DGSS) et la direction de la pharmacie, qui a connu des valses de directeurs.

Ce qui a d’ailleurs retardé considérablement l’aboutissement de certains dossiers liés aux médicaments, que ce soit pour la production nationale ou l’importation. Des retards dans la signature et la délivrance des documents nécessaires dans le processus de l’enregistrement de nouveaux médicaments et autres démarches administratives ont été enregistrées. Ces nouvelles nominations étaient donc attendues depuis deux mois.

Ainsi, à l’issue de l’installation des nouveaux directeurs à la tête de ces dernières directions centrales, le ministre de la Santé a déclaré, selon un communiqué rendu public par le ministère, que «ce mouvement visait à améliorer la qualité des soins».

Lors de la cérémonie d’installation du Pr Ouahiba Hadjoudj au poste de directrice générale de la pharmacie et de l’équipement médical, et du Pr Lyes Rahal comme directeur général des services de santé et de la réforme hospitalière, le ministre a précisé que ce mouvement «vient couronner un processus d’évaluation visant à améliorer la qualité des soins et des services fournis dans le cadre d’une action collective coordonnée», selon la même source.

D’autres directions centrales comptent également de nouvelles nominations de cadres du ministère de la Santé à de hautes fonctions, depuis la semaine dernière, dans la direction générale de la prévention et de la promotion de la santé, la direction des ressources humaines, la direction des systèmes de l’information et de l’informatique.

Post Views: 0