Mohamed Yousfi. Infectiologue, chef de service à l’EHS de Boufarik : «La situation est maîtrisée pour le moment»


– Le service d’infectiologie de votre établissement accueille depuis une semaine de nombreux cas suspects de Covid-19. Tous les moyens sont-ils disponibles pour prendre en charge tous ces cas ?

Je dois dire qu’en dehors de l’état physique de la structure qui est vétuste, nous avons les moyens nécessaires pour dépister ces cas et les prendre en charge au niveau de notre service de 70 lits.

Cet hôpital reçoit des malades de neuf wilayas du pays et nous avons 17 infectiologues de santé publique.

Le travail est effectué quotidiennement par une équipe engagée et dévouée, dont 90% du personnel sont des femmes, auxquelles je rends hommage.

– Combien de patients suspects sont actuellement confinés dans votre service depuis la confirmation des derniers cas ?

Pour le moment, le nombre de personnes suspectées est d’environ une trentaine. Nous avons libéré une douzaine de cas, dont des étudiants et deux enseignants, qui étaient en contact avec la jeune fille âgée de 24 ans infectée avec sa mère par un proche parent venu de France.

Tous les autres cas confirmés sont issus de la même famille. Ce sont des cousins et cousines. D’ailleurs, l’enquête épidémiologique se poursuit pour identifier tous ceux qui étaient en contact étroit avec cette famille.

– A quel stade se situe le niveau d’alerte dans notre pays ?

A l’heure actuelle, on peut dire que nous sommes à la limite du stade 2. Cela veut dire que la contamination est pour le moment intra-familiale, ce sont les membres de la famille proche du cas index et elle ne s’est pas propagée ailleurs.

C’est pourquoi nous insistons sur l’identification de tous les sujets contacts et leur isolement, que ce soit chez eux comme le recommande l’OMS ou à l’hôpital.

– Cela pourra-t-il éviter l’apparition de foyers ?

L’évolution de la situation est imprévisible. Le directeur général de l’OMS a déclaré, la semaine dernière, qu’aucun pays n’est à l’abri de cette épidémie. Elle évolue dans plusieurs pays à travers le monde malgré tous les efforts déployés.

Notre objectif est justement de contenir au maximum ce coronavirus, en agissant rapidement et en ramenant le maximum de personnes qui étaient en contact avec cette famille, d’autant que la majorité des cas confirmés sont asymptomatiques.

– Notre système de santé est-il en mesure de faire face à une éventuelle épidémie ?

Cela dépendra bien sûr de l’évolution du nombre de cas enregistrés et de l’efficacité du dispositif d’alerte, de contrôle et de surveillance et la stratégie de riposte mise en place, laquelle doit s’articuler autour de la bonne information et de la coordination intersectorielle.

Comme il est aussi important d’insister sur la sensibilisation et l’information de la population au respect des règles de prévention. Nous restons optimistes.

Post Views: 112