Marches et Rassemblements à Tizi Ouzou contre la présidentielle : Réussir l’opération «zéro vote»


La campagne antivote se poursuit dans la wilaya de Tizi Ouzou, où le rejet de la présidentielle est réaffirmé, chaque jour, par la population qui a totalement adhéré aux actions de protestation dans le sillage de l’opération «zéro vote» dans la région.

Cette dernière connaît ainsi d’importantes manifestations aussi bien la journée que durant la nuit, où les citoyens organisent des rassemblements, notamment au chef-lieu de wilaya et au niveau des autres villes. D’ailleurs, hier, une imposante marche a eu lieu dans la capitale du Djurdjura, qui a été envahie par une foule nombreuse. Les marcheurs ont dénoncé le scrutin d’aujourd’hui qui est, ont-ils scandé à gorge déployée, contre la volonté du peuple. Les manifestants ont aussi crié, haut et fort «Pouvoir assassin !» ; «Non au vote de la honte !» «Libérez les otages !» ; «Non au vote de chantage !» et «Djazaïr hora dimokratia !» (Algérie libre et démocratique). Ils ont aussi mis en avant des banderoles portant les principaux mots d’ordre du mouvement populaire, comme «Système dégage», «Pour une Algérie nouvelle», «Primauté du civil sur le militaire » et «Pour une Assemblée constituante souveraine».

La foule a continué son parcours jusqu’au mémorial des Martyrs de la Guerre de Libération nationale, avant de se disperser dans le calme tout en se donnant rendez-vous pour une action de terrain aujourd’hui afin, disent-ils, de réussir l’opération antivote. Celle-ci semble déjà avoir réuni le consensus général dans la région. Les multiples manifestations entreprises dans ce sens, notamment depuis le début de semaine, ont accentué la pression sur les organisateurs du scrutin où les 21 sièges de daïra sont murés par des citoyens. Des urnes ont été saccagées dans plusieurs localités.

Dans la nuit de mardi à hier, un rassemblement a été organisé devant le lycée Rabah Stambouli de la capitale du Djurdjura, où les manifestants soupçonnaient une opération de préparation de bureaux de vote. «Ils ont ramené des gens de l’extérieur de la wilaya pour voter, alors que toute la population rejette ce simulacre d’élection. Il faut réussir l’opération zéro vote», ont martelé des jeunes qui ont assiégé durant la nuit l’établissement scolaire en question. «L’administration veut préparer un seul centre de vote au chef-lieu de wilaya, juste pour les besoins des séquences de l’EPTV et des autres chaînes du régime alors que le peuple revendique une transition démocratique loin de toute alternance clanique», ajoutent-ils.

Dans les localités aussi, les citoyens veillent à la réussite de la campagne antivote. Ainsi, en plus de l’appel à la grève générale qui a enregistré une large adhésion, des marches ont été organisées à Aïn El Hammam et Draâ El Mizan, entre autres. Un rassemblement nocturne est observé devant le cinéma Mizrana de Tigzirt qui connaît une grande dynamique dans le sillage des actions du mouvement populaire. Outre les manifestations de rejet de la présidentielle, les habitants de Tigzirt organisent, depuis plus de cinq mois, d’imposantes marches dans la ville pour exiger la libération de Amar Acherfouche et de tous les détenus du mouvement populaire qui croupissent dans les geôles du régime. «L’appel à la grève généralde nationale a été largement suivi et le rejet de la mascarade électorale est acté par l’écrasante majorité du peuple. Il est de notre devoir de maintenir cette dynamique jusqu’à la satisfaction des revendications du hirak», lit-on dans un appel placardé dans les villages de la daïra de Tigzirt. Les rédacteurs de ce document exhortent les citoyens à rester vigilants et à maintenir le caractère pacifique du mouvement. Enfin, la population est mobilisée pour réussir l’opération «zéro votant».   

Post Views: 0