«Madania, machi askaria» à Bouira


Ni le froid ni la pluie n’ont empêché les milliers de citoyens de la wilaya de Bouira de sortir manifester pour le 38e acte du hirak. Dès l’entame de la procession, des voix se sont élevées pour dire : «Dawla madania machi âskaria !» (Pour un Etat civil et non pas militaire) et «Les généraux à la poubelle, el djazaïer tadi listiqlal» (L’Algérie aura son indépendance).

Hier, c’étaient les grands portraits des héros de la glorieuse Révolution de 1954 qui ont été brandis, tel celui du Colonel Amirouche, de Larbi Ben M’Hidi, Mohamed Boudiaf, Mustapha Ben Boulaïd, Didouche Mourad, Krim Belkacen, Hocine Aït Ahmed… «Détenus d’opinion, on ne vous oublie pas !» tel était le message des Bouiris aux dizaines de détenus d’opinion, à leur tête le moudjahid le commandant Lakhdar Bouregaâ, Karim Tabbou, Fodil Boumala, Samir Belarbi…

Par contre, c’était le nom du chef d’état-major, Ahmed Gaïd Salah, qui a été hué. Ne ratant aucune occasion pour le dire, la foule des manifestants à Bouira a encore une fois prononcé le verdict concernant la tenue de l’élection présidentielle en ces termes : «Oulach l’vote oulach !» (Il n’y aura pas de vote).

La détermination des Bouiris d’aller jusqu’au bout de leur bras de fer avec le pouvoir en place ne fait que se renforcer. «Nous ne comptons pas nous arrêter. Les esprits ne se calmeront que lorsqu’un changement réel soit réalisé. Ces élections ont été pensées juste pour la réanimation du système agonisant. Et le pire, c’est avec des personnages du régime de Bouteflika qu’on a qualifié de îssaba», dira un quinquagénaire.

Cités un par un, les noms des cinq candidats à l’élection présidentielle, projetée par les tenants du pouvoir, ont été aussi hués et sommés de «dégager». En outre, les chaînes de télévision dites privées, qui ont décidé depuis des mois de boycotter la couverture médiatique des marches populaires, ont été dénoncé sur une pancarte regroupant leurs logos respectifs.

Les milliers de manifestants ont observé une minute de silence à la mémoire des soldats de l’Armée nationale populaire tombés au champ d’honneur il y a quelques jours dans les maquis de la wilaya de Tipasa. Vers 16h30, les participants à l’immense marche du 38e vendredi du hirak se sont dispersés dans le calme. 

Post Views: 19