Les manifestants toujours déterminés à Bouira


Bouira, 51e vendredi de mobilisation citoyenne. Toujours aussi déterminée, une foule nombreuse a défilé calmement, en début d’après-midi d’hier, dans les rues de la ville de Bouira.

A deux semaines d’un an de manifestations de rue, la mobilisation n’a pas fléchi d’un iota. Les manifestants sont de plus en plus décidés à aller jusqu’au bout de leur revendication soulevée il y a presque une année, celle du départ du système et de ses relais.

Encore une fois, ils étaient des dizaines de milliers à marcher dans les rues de la ville de Bouira, appelant à la fois à l’édification d’un Etat de droit et des libertés. Les premiers groupes de manifestants ayant occupé, dès les premières heures de la matinée, la place des Martyrs, ont déployé, comme à leur accoutumée, des banderoles et autres pancartes portant des messages en faveur du départ du pouvoir. Impatiente d’entamer la 51e marche, la foule reprenait les traditionnels slogans du mouvement révolutionnaire.

«Manache habssine hatta iroho ga3 !» (On ne s’arrêtera pas jusqu’à leur départ à tous) et «Goulna el îssaba trouh !» (On a dit que le gang parte), clament les manifestants en arpentant la grande rue menant vers le siège de la wilaya. Sur les pancartes, des réponses cinglantes sont adressées aux tenants du pouvoir. «Libérez les otages», «On veut un Président digne de ce peuple et le départ du système», «Non à la diplomatie du prestig», lit-on sur des banderoles brandies au milieu de la foule. D’autres ont déployé des portraits des détenus politiques, à l’image de Karim Tabbou, a-t-on constaté.

La liberté de la presse, la dissolution des partis politiques, du Parlement, une justice indépendante et la libération de toutes les personnes envoyées en prison dans le sillage des manifestations du mouvement populaire ont été résumées aussi sur une banderole géante hissée au milieu de la procession. La marée humaine, qui a sillonné dans le calme et durant presque deux heures les quartiers du chef-lieu de wilaya, a aussi réclamé l’ouverture d’enquêtes sur des affaires de corruption qui gangrènent tous les secteurs.

Post Views: 7