Les laboratoires privés écartés du dépistage : Une annexe de l’Institut pasteur au CHU de Annaba


Après celles d’Oran, Constantine, Tizi Ouzou et Ouargla, l’Institut Pasteur ouvrira, cette semaine, une autre annexe dans la wilaya de Annaba.

Le ministère de la Santé aura aujourd’hui un important lot d’équipements de diagnostic rapide et de réactifs, dont une partie sera affectée à la wilaya de Annaba. Le début effectif du dépistage est prévu pour demain.

Mieux, une vingtaine de respirateurs artificiels sont parmi ce lot destiné pour Annaba. C’est ce qu’ont confié à El Watan des sources proches du ministère de la Santé. «Ces tests, appelés RT-PCR, permettent d’obtenir un résultat en un peu plus de trois heures. Appliqués sur des machines Cobas, les résultats peuvent être obtenus très rapidement», affirment les mêmes sources.

Pour le mode d’application, les prélèvements peuvent être effectués dans les services de santé et déposés au laboratoire de microbiologie de l’hôpital Dorban, au niveau duquel est implanté le service de référence d’infectiologie. Une fois mise en service, cette prestation, un pas vers l’objectif de massifier le nombre de tests pourra prendre en charge les dépistages des autres wilayas limitrophes d’El Tarf, Guelma et Souk Ahras.

Aussi, ajoutent nos sources, «lorsque des malades suspects sont dépistés négatifs, ils peuvent rentrer chez eux rapidement et libérer la place pour d’autres malades. Mieux, les morts naturels mais suspects peuvent être dépistés pour libérer leur enterrement».

L’ouverture de cette annexe, faut-il rappeler, intervient une semaine après l’appel de l’Institut Pasteur à l’ensemble des laboratoires du territoire national : «Tout laboratoire disposant des produits indiqués sur la liste ci-après, est en mesure d’effectuer le diagnostic du nouveau coronavirus Covid-19.

Cette liste présente les réactifs, les équipements, les consommables et les matériels d’hygiène et de sécurité nécessaires à la réalisation du diagnostic.» L’Institut Pasteur d’Algérie précise dans ce cadre que «ses équipes sont disposées à accompagner ces laboratoires pour le démarrage de l’activité en apportant tout conseil ou orientations nécessaires.

L’Institut Pasteur d’Algérie tient à attirer l’attention sur le fait que les résultats de diagnostic doivent être obligatoirement validés par un microbiologiste». Cependant, les autorités sanitaires n’ont pas daigné faire appel aux laboratoires privés, malgré la candidature de plusieurs d’entre eux. 

Post Views: 0