Le Sars-cov-2 aime toutes les saisons, selon l’OMS


L’idée relative à l’impact de la chaleur sur le Sars-Cov-2 vient d’être battue en brèche par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui alerte contre l’illusion d’être protégé contre la Covid-19 en été. Les saisons ne semblent pas avoir d’impact, selon l’OMS, sur le développement de la pandémie.

«La saisonnalité ne semble pas avoir de répercussion sur la transmission du virus», qui a déjà fait plus de 650 000 morts dans le monde et plus de 16 millions de cas, a déclaré une porte-parole de l’Organisation, Margaret Harris, lors d’un briefing virtuel.

«Il semble qu’il y a une idée persistante selon laquelle le virus est saisonnier, mais nous devons tous avoir en tête que c’est un nouveau virus, et même s’il s’agit d’un virus respiratoire, qui sont historiquement saisonniers, celui-ci se comporte de façon différente», a-t-elle insisté en signalant que «ce virus aime toutes les saisons».

L’arrivée de l’automne avec le virus de la grippe saisonnière inquiète davantage l’organisation onusienne et le risque de pression sur les systèmes de santé. «Donc, nous encourageons chacun à se faire vacciner contre la grippe», a conseillé la porte de l’OMS. Par ailleurs, l’OMS rappelle que le nouveau coronavirus continue de se propager avec force dans le monde.

«Le nombre de cas a doublé au cours des six dernières semaines», selon le directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui a déclaré : «La pandémie du nouveau coronavirus, qui touche près de 16 millions de personnes, est la pire urgence sanitaire mondiale à laquelle l’Organisation mondiale de la santé ait été confrontée.»

«Ce jeudi marque le sixième mois depuis que l’OMS a déclaré que la Covid-19 est une urgence de santé publique de portée internationale. C’est la sixième fois qu’une urgence sanitaire mondiale est déclarée en vertu du Règlement sanitaire international, mais c’est sans doute la plus grave», a affirmé le Dr Tedros au cours d’une conférence de presse depuis le siège de l’OMS à Genève.

Au moins 15 785 641 cas ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires.  Avec plus de 4 millions de cas, les Etats-Unis sont le pays le plus touché, où on enregistre aussi 143 663 décès, devant le Brésil avec 85 238 morts (2 343 366 cas), le Royaume-Uni avec 45 738 morts (298 681 cas), le Mexique avec 42 645 décès (378 285 cas), l’Italie avec 35 102 morts (245 864) et la France avec 30 192 décès (180 528 cas de contamination).

Alors que six mois se sont écoulés depuis la déclaration de l’urgence sanitaire mondiale, la pandémie de Covid-19 illustre le fait que «la santé n’est pas une récompense pour le développement, mais le fondement de la stabilité sociale, économique et politique».

«Nous ne sommes pas prisonniers de la pandémie», a fait valoir le Dr Tedros, relevant que «chacun d’entre nous peut faire la différence», après avoir énuméré toutes les mesures prises jusque-là, et de saluer «un travail incroyable». «Mais nous avons encore un long chemin devant nous», a-t-il ajouté.

Pour l’OMS, les fondamentaux du combat contre le nouveau coronavirus demeurent, à savoir le leadership politique et l’information, l’engagement et l’écoute des communautés. 

Post Views: 0