«Le RND sera un parti différent»


Azzedine Mihoubi, lors d’une conférence de presse

Considéré comme «un parti d’allégeance», le Rassemblement national démocratique (RND), longtemps présidé par l’ancien Premier ministre aujourd’hui incarcéré, Ahmed Ouyahia, fera-t-il sa mue ?

C’est, en tout cas, ce qu’a promis son secrétaire général par intérim et candidat malheureux à l’élection présidentielle, Azzedine Mihoubi, lors d’une conférence de presse tenue hier à Alger. Le secrétaire général du parti sourit quand la description de «parti d’allégeance» est lancée par les journalistes lors de la conférence d’hier, faisant suite à une réunion extraordinaire du conseil national du parti, affirmant que le RND s’apprête à de grands bouleversements, qui iront peut-être jusqu’à un changement de sigle. «L’avenir du parti a été discuté, explique-t-il.

Le RND sera un parti différent, ouvert, apportant des perceptions nouvelles, des points de vue divergents. Nous sommes allés très loin, jusqu’à discuter de l’éventualité de modifier le sigle du parti. Oui, le RND s’apprête à de grands changements.

Ce sera un parti dans lequel les jeunes et les femmes auront une place certaine. Ce sera un parti qui réservera une place de choix à ses fondateurs, mais qui ouvrira portes et fenêtres aux jeunes militants, y compris ceux qui activent dans le hirak, qui voient dans le RND une tribune pour la pratique du travail militant et politique. Ce sera donc un parti ouvert à tous les Algériens et toutes les Algériennes.»

La discussion du conseil national du parti a tourné autour de la nécessité de construire des idées concordantes aux transformations que connaît l’Algérie, qu’il résume en la nécessité de «construire une vision nouvelle, tout en se référant à l’esprit de Novembre».

Pour autant, le RND, selon son premier responsable, reste fidèle à ses principes, s’appuyant, selon ses mots, sur le renforcement de l’Etat algérien. «Le RND est un parti qui travaille pour le renforcement des institutions nationales, lance-t-il.

Mais s’il perçoit une quelconque déviation dans la gestion des institutions, nous ne manquerons pas d’alerter l’opinion publique. Le parti ne travaille pas pour la détérioration de l’image de l’Algérie, nous voulons jouer un rôle positif tout en alertant sur les défaillances de l’administration, de gestion ou dans la prise de décisions négatives pour le pays.»

Il rend hommage à Abdelkader Bensalah, l’homme qui, selon sa description, est «resté fidèle à l’Etat algérien» et qui mérite respect et hommage, car il «a assumé ses responsabilité, malgré des circonstances difficiles liées à son état de santé». «Jamais, commente-t-il, il n’a prononcé un mot de travers envers le peuple algérien.»

Le RND nommera, la semaine prochaine, les membres d’une commission nationale qui aura pour mission de préparer le congrès extraordinaire du pari. Le secrétaire général du RND félicite, par ailleurs, Abdelmadjid Tebboune pour son élection à la tête de l’Etat, lui souhaitant plein succès dans sa mission.

Il se félicite également de la tenue de cette élection présidentielle, avec un taux de participation «acceptable». «La réussite de cette élection, c’est aussi la réussite de l’Algérie», soutient-il, tout en se targuant d’avoir le meilleur programme présidentiel, d’avoir bâti la confiance avec les Algériens ainsi que d’avoir mené une campagne présidentielle «propre et responsable».  

Post Views: 323