Le pouvoir d’achat des Algériens lourdement impacté


Poursuite de la flambée des prix des produits alimentaires

Malgré plusieurs alertes lancées, notamment, par des organisations de défense des droits des consommateurs, l’envolée des prix des produits alimentaires et manufacturiers se poursuit, atteignant des seuils des plus insoutenables.

Les Algériens sont confrontés à une hausse sans précédent du coût de la vie. Malgré plusieurs alertes lancées notamment par des organisations de défense des droits des consommateurs, l’envolée des prix des produits alimentaires et manufacturiers se poursuit, atteignant des seuils des plus insoutenables.

La rentrée sociale, synonyme de la pleine reprise de la vie active après une période de vacances, a été particulièrement éprouvante pour de larges pans de la société. Rares sont les produits qui ont été épargnés par cette incroyable envolée des prix qui a fortement impacté le pouvoir d’achat des Algériens en général et des plus faibles revenus en particulier.

Les prix des produits de consommation, tels que les légumes frais et secs, les pâtes, l’huile de table, le sucre, les viandes blanches et le lait, ont connu des hausses substantielles.

Le kilogramme de pomme de terre, produit de très large consommation, est cédé dans de la majorité des marchés et magasins de la capitale à 100 DA.

Selon les prix moyens affichés dans les marchés les plus prisés d’Alger, un kilo de carotte est à 80 DA, celui de l’oignon à 50 DA, la courgette à 120 DA, l’haricot vert à 250 DA, le poivron à 150 DA, la tomate à 110 DA et le fenouil à 80 DA.

Les fruits sont dans leur majorité hors de portée. Un kilogramme de melon coûte 90 DA, celui de la pastèque 70 DA. Le kilogramme de raisin oscille entre 150 DA et 550 DA selon la variété et la qualité. La poivre dépasse les 400 DA le kilo, la pomme se négocie entre 450 DA pour la plus petite et 800 DA pour le premier choix. La nectarine est cédée à plus de 450 DA.

Lire la suite de l’article dans l’édition papier


Post Views:
569

Advertisements