Le MAK, ses porte-avions, ses sous-marins…


Repère

Alerte info du week-end : un étudiant agissant pour le compte du MAK, arrêté en flagrant délit de «détournement» du hirak. Le mouvement populaire qui, depuis 10 mois pleins, truste la vie publique dans le pays, a fait annuler une élection, en a fait reporter une autre et s’apprête à tenter de bloquer une troisième, serait donc «détournable» par un complot dont le premier acte porte le sceau d’un étudiant qui filme des camions de police stationnés dans les rues d’Alger.

Le commanditaire ? Le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) dont l’influence est en baisse drastique depuis des années, et qui n’a, à aucun moment, revendiqué un lien avec le hirak et ses aspirations. Le complot, selon les «aveux» étrangement diligents du conspirateur, tels que rapportés par les médias, consisterait grosso modo à impulser des manifestations nocturnes dans les rues et, si possible, introduire des éléments extrémistes dans les rangs des manifestants pour… provoquer une réaction violente des services de sécurité et instaurer le chaos.

Tout le monde sait qu’intensifier la protestation, notamment par des manifestations nocturnes, est une démarche assumée du hirak depuis des semaines, avec en appoint une grève générale à laquelle ont appelé des syndicats dûment agréés, dont le très officiel UGTA, à Béjaïa par exemple. Ces appels émanent également d’activistes connus et très impliqués dans la protestation depuis le début, à l’image des militants du mouvement Rachad qui, lui, propose carrément un «mode d’emploi» des marches nocturnes pour éviter tout débordement.

Pourquoi donc le MAK, qui ne se sent pas du tout concerné par le hirak, mènerait-il clandestinement et sous forme de complot des actions que nombre de voix et d’organisations acquises au mouvement de protestation assument ouvertement ? Aucun mot d’ordre dans ce sens n’est diffusé par le MAK, qui s’en tient à sa vocation de défendre l’idée d’une indépendance de la Kabylie, se refusant à toute implication dans d’autres régions. Une option qu’il vient d’ailleurs de réaffirmer en démentant les «allégations» portées par ces médias, reprenant d’obscures «sources sécuritaires» les accusations de subversion.

L’épouvantail MAK est replanté dans le champ miné du contexte politique, à moins d’une semaine de cette présidentielle explosive, à grands renforts de matraquage médiatique pris en charge par les mêmes canaux qui, périodiquement, touillent dans la thématique du complot visant la déstabilisation du pays. Les mêmes qui, au tout début du mouvement populaire, avaient annoncé l’arrestation sur la rue Didouche Mourad, à Alger, d’un groupe d’agents étrangers, bardés de matériels informatiques sophistiqués et… «coachant» les manifestants à partir des balcons des immeubles (sic). Le lendemain, personne n’a plus entendu parler de ce «commando» ni n’en a trouvé de traces dans les registres des services de sécurité. L’on sait, depuis, que l’épisode a été le fruit d’une imagination un peu trop débridée des théoriciens et des faiseurs de complots qui pullulent dans les circuits politico-médiatiques acquis au pouvoir. En attendant les plus que nécessaires précisions des services de sécurité sur les réseaux sociaux, l’annonce de la découverte de ce raid en gestation du MAK contre le hirak a suscité globalement incrédulité et satires mordantes.

Des internautes de Laghouat sont ainsi intervenus sur l’une des pages des médias rapportant l’«information» pour annoncer à leur tour la découverte salutaire par des citoyens d’un «sous-marin» nucléaire frappé du sigle MAK… dans les eaux d’un des barrages de la région. Un journal satirique a fait état, quant à lui, du mouvement d’un porte-avions agissant pour le compte de la même surpuissante organisation, dans les eaux du barrage de Taksebt à Tizi Ouzou… Tout cela prête à rire franchement, en effet, s’il n’indiquait pas, une nouvelle fois, qu’il y a bien des cellules pyromanes dans la nébuleuse politico-médiatique du «système», qui sont prêtes à tout pour servir le pouvoir, quitte à livrer le pays à la division et au chaos.

Post Views: 0