Le front social renoue avec les mouvements de protestation


L’état face à ses engagements

Education, impôts, commerce… les syndicats de plusieurs secteurs ont opté pour la contestation.

Les organisations syndicales de plusieurs secteurs renouent avec la protesta. Les promesses des autorités quant à l’amélioration des conditions socioprofessionnelles des travailleurs semblent ne plus avoir d’effet. Education, impôts, commerce… les syndicats de plusieurs secteurs ont opté pour la contestation.

Hier, lundi, les fonctionnaires des impôts ont entamé un débrayage de 3 jours. Selon Ahmed Bouallègue, secrétaire général du Syndicat autonome des fonctionnaires des impôts (SAFI), le taux de suivi est important : fort de ses 7000 adhérents, il proclame un taux de suivi de 100% dans 15 wilayas, dont Béjaïa, Annaba, Sétif et Médéa.

«Dans les autres régions du pays, le taux varie entre 70 et 90%. Dans la capitale, nous subissons une pression énorme. Les employés grévistes sont menacés de retenues sur salaires. Ceux qui nous menacent oublient que notre action a pour but d’améliorer nos conditions socio-professionnelles», souligne M. Bouallègue.

Le SAFI attend une réaction de sa tutelle afin de satisfaire ses revendications. Faute de quoi, aller vers la grève illimitée est l’ultime solution.

Les fonctionnaires des impôts réclament dans leur plateforme de revendications l’application immédiate de la loi organique et le système compensatoire en souffrance, la protection des employés des impôts des abus et pressions des organes externes de contrôle et des lobbies, la numérisation totale du secteur des impôts et sa sortie du giron de la Fonction publique.

Autre secteur concerné par la protection, l’Education nationale. Demain mercredi, les enseignants du primaire renouent avec leur mouvement de protestation lancé en octobre 2019. Ces derniers ont été contraints de geler leur action pour cause de pandémie de Covid-19.

Grève et sit-in sont en effet programmés à travers le territoire national dès ce 31 mars. «Notre but n’est pas de perturber les élèves, mais plutôt de rappeler à notre tutelle les promesses formulées avant l’épisode corona dont aucune n’a été concrétisée sur le terrain», s’offusque la coordination dans son communiqué lançant un appel à la mobilisation de tous les enseignants.

La coordination rappelle aussi la liste des revendications remises au goût du jour par cette action : ils demandent, entre autres, la modification du statut particulier, de sorte à reclasser les enseignants du secondaire, du moyen et du primaire, au même grade de base, l’application immédiate du décret présidentiel 266-14 avec effet rétroactif et la création de nouveaux grades d’enseignants pour les matières scientifiques, littéraires et l’éducation physique.

Les enseignants en colère ne cachent pas leur «déception» par rapport aux promesses non tenues du président de la République. Même colère chez les autres travailleurs du secteur : l’Intersyndicale de l’éducation promet également une série de mouvements de protestation si la tutelle continue de faire la sourde oreille quant à l’amélioration des conditions socioprofessionnelles.

Cette coalition syndicale réclame le droit à la retraite sans condition d’âge, la liberté de l’activité syndicale, mais aussi l’amélioration du pouvoir d’achat. C’est justement la détérioration de ce dernier qui motive toutes les autres protestas.

Appel à la grève dans le secteur du commerce

Le Syndicat national des travailleurs du commerce (SNTC) compte tenir une Assemblée générale extraordinaire (AGEx) demain à 10h pour discuter et surtout décider du panel d’actions à engager.

L’appel à une grève est imminent. Il faut savoir que ces mouvements de protestation sont la face apparente de l’iceberg. Le malaise social est encore plus profond.

Les mauvaises conditions socio-économiques et les retombées de la crise sanitaire sur le cadre général de vie des Algériens finiront par donner naissance à un mouvement de protestation que les autorités ne sauront pas endiguer avec de simples promesses. 


Post Views:
46

Advertisements