Le FLN et le RND non concernés par le confinement ?


Alors que l’interdiction des réunions publiques est toujours en vigueur

L’application des mesures de confinement sanitaire est visiblement sélective.

Alors que l’interdiction des réunions publiques et des rassemblements en raison du risque de propagation de la Covid-19 est toujours en vigueur et au moment où même le Conseil des ministres se tient par visioconférence, le RND et le FLN sont autorisés à organiser leurs activités organiques dans des salles fermées.

Les services de la wilaya d’Alger ont donné leur feu vert à ces deux formations pour tenir leur réunion au niveau du Centre international des conférences (CIC) d’Alger.

Elles sont, étrangement, exemptées des mesures de confinement. En effet, le Rassemblement national démocratique (RND) a organisé, jeudi dernier, les travaux de son congrès extraordinaires au CIC avec la participation de près de 800 personnes.

La rencontre qui avait pour but d’élire un nouveau secrétaire général qui remplacera Ahmed Ouyahia, en prison, et l’intérimaire Azzeddine Mihoubi, n’a pas respecté toutes les mesures de distanciation sociale exigées pour éviter la propagation du nouveau coronavirus.

En dépit de l’engagement des organisateurs à réduire le nombre de congressistes pour éviter des contacts étroits, les travaux du congrès ont donné lieu à des scènes abracadabrantes.

Comme on peut le constater sur de nombreuses images diffusées sur les réseaux sociaux, la distanciation sociale n’est pas du tout respectée, en particulier après l’élection de Tayeb Zitouni à la tête du parti.

L’ancien maire d’Alger-Centre a été entouré d’une foule compacte, composée de ses partisans et de journalistes venus écouter ses premières déclarations dans la peau du nouveau patron du RND.

Le Front de libération nationale (FLN) devra lui emboiter le pas aujourd’hui. L’ex-parti unique a obtenu l’autorisation de la DRAG de la wilaya d’Alger pour organiser la réunion de son Comité central (CC) en vue d’élire son nouveau secrétaire général qui prendra la place de Mohamed Djemai, actuellement en détention.

Pour cette réunion aussi, près de 500 personnes devront se rassembler dans la même salle, avec le risque de voir les mêmes scènes que celles qu’a connues le congrès du RND.

Les services de la wilaya d’Alger ont-ils outrepassé la réglementation en vigueur depuis le 20 mars dernier qui interdit les réunions de plus de deux personnes ?

Ces réunions organiques du FLN et du RND sont-elles urgentes ? Pourtant, les autorités ont décidé de fermer les écoles, les universités, les salles de fêtes… jusqu’à nouvel ordre.

Il y a quelques jours, une fête organisée dans un hôtel à Oran a suscité une réaction rapide des autorités. Ces dernières ont décidé de fermer l’infrastructure hôtelière, tout en poursuivant en justice cinq personnes pour violation des mesures du confinement sanitaire. 

Post Views: 0