Le désaveu populaire confirmé


l’ANIE a rendu publics hier les résultats des législatives du 12 juin

Plus de 18 millions d’électeurs ont boudé les urnes lors des dernières législatives. La future Assemblée populaires nationale (APN) a été élue par 4,6 millions d’électeurs. Le FLN arrive en tête avec 105 sièges, loin devant les indépendants (78 sièges), le MSP (64 sièges) et le RND (58 sièges).

Les résultats provisoires des législatives du 12 juin ont été enfin communiqués par le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi, lors d’une conférence de presse, retardée de plus de trois heures, animée hier à Alger. Attendus depuis trois jours, les résultats du dernier scrutin n’ont pas révélé de surprises importantes. Ainsi concernant les votants, le président de l’ANIE, qui a évité de communiquer le taux officiel, a donné des chiffres contredisant largement celui de samedi, en évoquant un «taux moyen de participation de 30%».

Finalement, le taux de participation était même inférieur à celui enregistré à l’occasion du référendum sur la révision de la Constitution du 1er novembre dernier (23,7%). Pour ces législatives, seulement 23,03% des électeurs ont voté, soit 5,6 millions d’électeurs. Sur la totalité des votants, plus d’un million de bulletins ont été annulés. De ce fait, la nouvelle Assemblée populaire nationale (APN) a été élue avec seulement 4,6 millions de voix exprimées, alors que le corps électoral est composé de plus de 24,4 millions d’électeurs. Plus de 18 millions d’entre eux ont boudé cette élection.

Un véritable désaveu. Mohamed Charfi a estimé que «l’Algérie vient d’avoir un nouvel acquis institutionnel, en l’occurrence la Chambre basse du Parlement». «Les contours de cette Assemblée ont été dessinés par le peuple et elle marque le début d’une nouvelle gouvernance pour l’Algérie», a-t-il déclaré. Mohamed Charfi a évité, tout au long de son intervention devant les journalistes, d’évoquer l’ampleur de l’abstention qui enregistre un nouveau record historique.

Pas de majorité absolue

Concernant les scores obtenus par les participants, il n’y a pas eu de surprises palpables. Comme annoncé depuis avant-hier, c’est le parti du Front de libération nationale (FLN) qui arrive en tête avec 105 sièges. Une majorité relative qui ne lui permet pas de contrôler, comme il le faisait par le passé, la Chambre basse du Parlement. Ce parti, qui a été violemment chargé par le hirak du 22 Février 2019, a, semble-t-il, profité de l’abstention pour se maintenir en tant que «première force politique du pays».

Mais il y a laissé des plumes, puisqu’il perd plus de 100 sièges par rapport aux législatives de 2017. Les résultats de ce scrutin font ressortir les indépendants comme deuxième force, avec 78 sièges. Le parti islamiste du MSP a profité, lui aussi, de cette élection et améliore sa position pour se classer à la 3e place, avec 64 sièges.

Mais il n’a pas gagné les élections, comme l’avait soutenu son président, Abderrazak Makri, dimanche dernier. L’autre parti du pouvoir qui a reçu beaucoup de coups durant les deux dernières années, en l’occurrence le RND, arrive en 4e position, avec 57 sièges. Il perd cependant plus de 40 sièges, en comparaison avec ses résultats de 2017 (100 sièges).

Cette élection a profité au Front El Moustakbel de Abdelaziz Belaïd qui obtient, en 5e position, 48 sièges, dépassant El Bina, 6e avec 40 députés. Le reste des sièges a été partagé entre 7 formations politiques, à savoir La Voix du peuple (3 sièges), le Front de la bonne gouvernance (3 sièges), le Parti de la justice et le développement (2 sièges), le parti El Fadjr El Jadid (2 sièges), le Front de l’Algérie nouvelle (1 siège), le parti El Karama (1 siège) et Jil Jadid (1 siège).


Post Views:
732

Advertisements