Le chercheur Belgacem Haba lance la 1re université privée en Algérie

Parmi les Algériens qui ont quitté le pays pour poursuivre leurs carrières à l’étranger, se distingue le chercheur Belgacem Haba. Un grand homme scientifique qui compte aujourd’hui, à son actif, plus de 1700 brevets, dont 700 aux Etats-Unis.

Auteur d’une longue liste d’inventions, très connu comme étant l’un des grands chercheurs contemporains aux USA, Belgacem Haba a gagné en notoriété grâce à sa lancée dans la recherche scientifique, notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Cependant, malgré son succès et sa réussite dans le domaine des nouvelles technologies, l’enfant d’El Meghair n’a pas oublié ses origines et son pays. En effet, celui-ci tient à cœur la mission de partager son bagage scientifique avec les jeunes étudiants algériens. Ainsi, de nombreuses conférences ont été organisées en Algérie. Notamment à Touggourt, Ouargla et Biskra.

Belgacem Haba lance sa première université privée en Algérie

Le chercheur Belgacem Haba ne compte pas s’arrêter à seulement quelques conférences. Il offre, aujourd’hui,  l’opportunité aux étudiants algériens de se lancer dans le domaine des nouvelles technologies, et ce, grâce à l’ouverture de la première université privée en Algérie, qui se trouve au niveau de Rahmania, commune de la wilaya d’Alger.

Baptisée « Numidia institute of technology », l’institut vise à jumeler la flexibilité du système d’enseignement supérieur aux USA avec les qualités de celui appliqué en Algérie. Cette université privée offre la possibilité aux étudiants qui y sont inscrits de suivre leur cursus universitaire en deux langues, anglais et français, pendant les deux premières années. Puis en langue anglaise seulement à partir de la troisième année.

Plusieurs avantages seront offerts à ces étudiants, notamment l’accès aux différentes spécialités du domaine sans prendre en considération les notes obtenues lors des épreuves du Baccalauréat.

Belgacem Haba, un grand inventeur algérien

Belgacem Haba s’est lancé dans le domaine des technologies en obtenant son premier diplôme en physique dans l’université de Bab Ezzouar. Il quitte son pays pour rejoindre les USA en 1980 grâce à une bourse de l’Etat algérien. Quatre plus tard, il décroche son master en science des matériaux et de l’ingénierie au niveau de l’université de Stanford en Californie.

L’Algérien enchaîne alors les postes de travail et les entreprises. Il commence par un laboratoire de recherche chez IBM, puis il rejoint l’entreprise japonaise NEC. Il a , également, intégré la société américaine Rambus avant de travailler pour deux ans chez le géant Google.

Belgacem Haba enchaîne avec les inventions pour atteindre la barre des 1700 brevets, dont 700 aux Etats-Unis d’Amérique.