Lancement des tests de dépistage à Tizi Ouzou


Les prélèvements se font au niveau des EPH et du CHU Nedir Mohamed avant d’être acheminés vers le laboratoire de la faculté de médecine de l’université Mouloud Mammeri.

Les tests de dépistage du coronavirus (Covid-19) ont commencé, jeudi, à la faculté de médecine de l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, a-t-on appris auprès des responsables de l’UMMTO qui ont lancé officiellement cette opération en collaboration avec le CHU Nedir Mohamed du chef-lieu de wilaya.

«Les prélèvements se feront au niveau des EPH et le CHU, où ils seront vérifiés  par les médecins du service d’épidémiologie avant d’être transférés au laboratoire de la faculté de médecine de l’UMMTO pour les analyses», a-t-on précisé également tout en soulignant que la capacité dudit laboratoire s’élève à 160 tests par jour, mais en deux parties, une la matinée et une autre l’après- midi.

Les résultats seront rendus cinq heures après le dépôt des échantillons d’analyse, a-t-on ajouté. «L’UMMTO a mis les moyens techniques pour dépister les personnes suspectées porteuses du virus. Et pour ce faire, il y a un circuit qu’il faut respecter, car la répartition des tâches en situation de crise est capitale.

Nous offrons un plateau technique qui est validé par des experts, mais, c’est le médecin qui décide de la nécessité de faire le dépistage», a déclaré Smail Daoudi, recteur de l’UMMTO.

L’unité de dépistage, installée dans les locaux du laboratoire d’immunologie de la faculté de médecine, a été homologuée avec lancement des premiers tests, sous la direction du Pr Mamou. Rappelons que la semaine dernière, une équipe de l’Institut Pasteur d’Algérie a assuré une formation au personnel chargé d’entamer l’opération de dépistage au niveau du laboratoire de la faculté de médecine de l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou.

Les formateurs ont également mis l’accent sur la nécessité d’un travail organisé sous les normes requises pour éviter toute confusion dans la gestion des échantillons d’analyse.

C’est ce qu’a, d’ailleurs, souligné  le Pr Idir Betam, représentant du ministère de la Santé et conseiller à l’Institut Pasteur d’Algerie, qui a déclaré que le laboratoire doit être très bien sécurisé. «L’appareillage (la  plateforme de biologie moléculaire) doit être bien sécurisé.

Les mêmes mesures s’appliquent aussi sur le personnel du CHU dans le traitement des échantillons, notamment au cours du processus allant des prélèvements jusqu’à la détection du virus», a précisé, en outre, le même professeur.

«Tout le système de sécurité doit être respecté pour éviter la contamination au niveau du personnel, ca le centre de récupérations des échantillons au CHU aura à gérer une grande série de prélèvements. Même au niveau du laboratoire de la faculté de médecine de l’université de Tizi Ouzou, on doit veiller également sur la protection des utilisateurs», a-t-il  insisté.

Post Views: 0