La société civile au rendez-vous à Béjaïa


Plusieurs centaines de travailleurs et d’étudiants, dont des militants du MAK, ont manifesté hier à l’occasion du 51e mardi de protestation contre le système.

La marche, qui a démarré du campus Targa Ouzemmour, a connu la participation indéfectible des syndicalistes, surtout ceux de la coordination de la wilaya de Béjaïa du Snapap-CGTA et les enseignants et ATS de l’université de Béjaïa. Les membres des sections communales et de quelques administrations de la wilaya affiliés à ce syndicat continuent de respecter le mot d’ordre de grève et participent inlassablement aux marches.

Les manifestants, qui ont accueilli avec beaucoup de soulagement la sortie de prison de la pasionaria du Parti des travailleurs, emprisonnée pour ses activités politiques aux yeux des hirakistes, ont appelé à la libération des autres détenus politiques et d’opinion. Certains d’entre eux ont brandi les portraits de Karim Tabbou, Abdelwahab Fersaoui, président de l’association RAJ, et de Fodil Boumala.

Dans les rangs des travailleurs, des pancartes sur lesquelles on pouvait lire des revendications sociales et économiques ont été également mises en valeur. Les marcheurs ont réaffirmé leur attachement aux résolutions du Congrès de la Soummam en scandant : «Pour un Etat civil, non militaire, Abane a laissé une consigne : primauté du civil sur le militaire !» Le dialogue n’est pas envisageable avec le pouvoir dans les conditions actuelles, notamment, tant que «le FLN, le RND et le MPA ne sont pas dissous et les détenus d’opinion croupissent toujours en prison».

Post Views: 15