La Gendarmerie nationale enquête à Bouira


Dilapidation du foncier industriel

Le dossier d’investissement, l’attribution de foncier industriel, agricole et urbain, intéresse les services de sécurité. La gendarmerie mène des enquêtes depuis plusieurs jours, notamment sur le foncier agricole, urbain et industriel.

Les enquêtes en question, précise toujours la même source, seront concentrées essentiellement sur les projets et exploitations agricoles et industrielles dont ont bénéficié des personnes ciblées, et de juger de la conformité des attributions avec les dispositions de la loi existantes. Des hommes d’affaires, industriels et hauts responsables font l’objet de ces enquêtes.

A la zone de Sidi Khaled, dans la commune d’Oued El Berdi, des terres fertiles (420 hectares, ndlr) ont été attribuées à des personnes influentes, dont les projets n’ont pas encore vu le jour. Les porteurs de ces projets, qui ont bénéficié et contracté des crédits bancaires, se chiffrant à des dizaines de milliards de centimes, n’ont jamais lancé leurs projets, sous prétexte que le site n’est pas viabilisé.

Des opérateurs à la tête d’importants groupes industriels sont concernés, selon nos sources, par ces enquêtes. En plus de ces «porteurs de faux projets», de hauts responsables, dont d’anciens walis et élus, sont désormais ciblés par les investigations des gendarmes, lancées dans le but de faire la lumière sur les défaillances constatées des services concernés, et plus précisément sur le détournement des terres agricoles de leur vocation initiale.

Au chef-lieu de wilaya, le trafic du foncier urbain est flagrant. Un investisseur qui a bénéficié d’un terrain «inconstructible» et d’un lot sur lequel sont projetés deux établissements scolaires, entre autres, a trouvé la bonne formule en transformant son projet pour la mise en place de commerces, salles de fête et restaurants.

Ledit projet avait été lancé pour une enveloppe dépassant les 200 milliards de centimes. Pour rappel, El watan avait révélé, par le passé, les dessous d’une affaire où de hauts cadres avaient bénéficié, sur instruction d’un wali de la République, de lots de terrain situés au chef-lieu de wilaya.   

Post Views: 518