La famille Tabbou rompt le silence et exige la vérité : «Elle réclame une enquête indépendante»


La famille Tabbou accuse directement le pouvoir de chercher à monter un dossier médical contre son fils, et ce, à des fins inavouées.

La famille du militant et président du parti politique non agréé UDS sort, pour la première fois, de son silence pour réclamer une enquête «indépendante» afin de faire toute la lumière sur le traitement qu’a subi Karim Tabbou depuis son incarcération, en septembre dernier, soit depuis 7 mois.

«Nous demandons l’ouverture d’une enquête qui sera supervisée par des organes indépendants afin de faire toute la lumière sur ceux qui sont derrière le traitement inhumain et cruel que subit Karim depuis le 11 septembre 2019», revendique la famille dans une déclaration publiée sur la page Facebook de Djaffar Tabbou, frère du militant.

La famille Tabbou accuse le pouvoir de chercher à monter un dossier médical contre son fils, et ce, à des fins inavouées. «Après avoir bafoué toutes les règles et normes contenues dans le droit national et international, en orchestrant le procès le plus scandaleux de l’histoire de la justice de notre pays, nous avons de sérieux doutes sur la funeste malveillance du pouvoir de vouloir préparer de nouveaux plans diaboliques contre notre fils.»

A cet effet, la famille fait porter l’entière responsabilité à toutes les personnes impliquées dans cet acharnement judiciaire et cela concerne, selon elle, aussi bien «les autorités sécuritaires, politiques ou judiciaires». Dans ce sens, elle cite en premier lieu le juge qui a ordonné son emprisonnement sans procès.

Pour la famille, le procès du 24 mars dernier est «le plus abject» et «le plus scandaleux» de l’histoire de la justice algérienne. «Ce procès intenté contre notre fils est un procès arbitraire et inique. Il a eu lieu en violation flagrante du code de procédure pénale, de la Constitution et de toutes les conventions internationales ratifiées par l’Algérie», explique la famille qui s’appuie sur l’avis des avocats et l’ensemble des experts qui sont tous formels sur l’irrégularité et l’illégalité de ce procès.

La condamnation et la remise en cause du procès du président de l’UDS par plusieurs organisations internationales sont, pour la famille, une parfaite illustration de son caractère arbitraire et injuste. Aujourd’hui, rappelle la famille, Karim est toujours otage dans les «geôles du pouvoir» pour des «chefs d’accusation fallacieux», dont «l’atteinte à l’unité nationale». Les avocats ont démontré que le dossier est vide et qu’en réalité Karim est poursuivi pour ses opinions politiques.

D’ailleurs, Karim lui-même a rejeté en bloc, lors de son procès du 4 mars, les accusations portées contre lui en confirmant que c’est l’homme politique qui est ciblé. Certes, aujourd’hui, explique la famille, l’état de santé de Karim montre des signes d’amélioration, néanmoins, son maintien en prison constitue, selon elle, un réel danger pour sa vie.

«C’est pourquoi nous, famille Tabbou, exigeons sa libération immédiate afin qu’il puisse bénéficier d’une prise en charge urgente par une équipe médicale algérienne de notre choix.»

Post Views: 1 166