La campagne antivote s’amplifie


Marches et actions de protestation dans le pays et à l’étranger

Aucun candidat n’a annoncé de déplacement dans la région. «Ils n’ont pas osé venir animer de meeting, car ils savent qu’ils sont rejetés par le peuple au même titre que le système en place», fulmine un citoyen.

L’élection présidentielle du 12 décembre 2012 est compromise dans la wilaya de Tizi Ouzou, où ce scrutin est massivement rejeté par la population.

D’ailleurs, des actions de protestation sont quotidiennement organisées par les citoyens aussi bien dans le chef-lieu de wilaya que dans les localités pour décrier ce qu’ils qualifient de mascarade électorale. Ainsi, dans plusieurs communes, la population est en effervescence suite à la la décision du pouvoir de maintenir la prochaine consultation électorale, ce qui a provoqué un climat tendu dans la région.

Des émeutes ont même éclaté dans certaines localités, comme à Larbaâ Nath Irathen où des escarmouches ont eu lieu, samedi soir, entre de jeunes manifestants et des éléments de la police qui ont fait usage de bombes lacrymogènes pour disperser la foule, qui a muré l’accès principal au siège de daïra.

La campagne électorale qui amorce sa dernière ligne droite n’a pas eu lieu dans la wilaya de Tizi Ouzou. «Les candidats n’ont pas osé venir animer de meeting, car ils savent qu’ils n’ont aucune crédibilité auprès de la population qui les rejettent au même titre que ce pouvoir dont le départ est fortement réclamé.

Ils sont issus de la caste des corrompus qui ont dilapidé les richesses du pays. Leur place est à la prison d’El Harrach», fulmine un manifestant, rencontré hier lors de la marche organisée dans la ville de Tizi Ouzou pour exiger la libération des détenus du mouvement populaire et s’élever contre les élections. «Les généraux à la poubelle !» ont scandé les marcheurs tout le long de l’itinéraire de la manifestation qui s’est terminée devant le mémorial des martyrs de la Guerre de Libération. «Il n’y aura pas d’élection contre la volonté du peuple !» martèle un étudiant.

La mobilisation s’intensifie ainsi pour dénigrer les candidats traités de tous les noms d’oiseaux. «Non au simulacre d’élection», était-il écrit sur les pancartes des marcheurs. Les permanences des candidats fonctionnent en catimini. On évoque juste quelques noms qui sont dans les directoires de campagne, mais aucune apparition sur le terrain. Au contraire, on entend parler de défections, comme celle du directeur de campagne de Benflis, qui s’est retiré il y a dix jours.

Par ailleurs, en dehors du chef-lieu de wilaya, les citoyens ont pris d’assaut les sièges des daïras, comme à Ath Yenni, à 45 kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, où des manifestants ont saccagé les urnes. «Ulach lvot ulach !» (Il n’y aura pas d’élection), criaient-ils. Même chose dans la commune de Yatafène où des jeunes, en colère, ont manifesté leur désapprobation du scrutin du 12 décembre, et ce, en incendiant les listes électorales de l’APC.

A Iferhounene, la mobilisation citoyenne était au rendez-vous, hier, à l’occasion d’une imposante marche à travers laquelle les participants ont réitéré l’exigence de la libération des détenus du mouvement populaire qui croupissent dans les geôles du pouvoir. Ils ont également réaffirmé leur rejet de la présidentielle.

«Après neuf mois de lutte qui ont étonné le monde entier, le système, paniqué, tente d’étouffer la révolution du Sourire en procédant à une série d’intimidations à travers des arrestations abusives et des jugements expéditifs prononcés par une justice aux ordres», précisent les manifestants dans l’appel à cette action de terrain qui a drainé une foule nombreuse.

Selon les rédacteurs de ce document, «les relais du pouvoir au niveau local se cachent derrière des individus malintentionnés et au passé douteur pour tenter d’imposer une élection rejetée par tout le peuple». Les citoyens des Ouadhias et ceux de Ouaguenoun aussi ont procédé à la fermeture du siège de daïra par la construction d’un mur en béton pour s’opposer à la tenue de la présidentielle.

Même topo à Draâ Ben Khedda, Azeffoun, entre autres, où la population s’élève contre la tenue du scrutin en question. Plusieurs actions de protestation sont également annoncées pour les prochains jours dans la wilaya de Tizi Ouzou où la campagne antivote s’intensifie.

Post Views: 0