KouGC (Kouninef)  à l’origine d’un gravissime problème


Grands transferts d’eau à Sétif

Après une courte embellie, la distribution de l’eau potable à Sétif connaît de sérieuses perturbations.

Ainsi, le transfert des 648 000 l/j du barrage d’Ighil Emda (Kherrata) vers le barrage tampon d’El Maouane (Sétif), d’une capacité de stockage de 148 millions de mètres cubes, est à l’arrêt depuis le 1er juillet 2019.  L’incendie, qui s’est déclaré au niveau de l’autotransformateur de démarrage du groupe motopompe n°5 de la pompe SR1, en est la cause.

Le gravissime problème s’ajoutant au débrayage des travailleurs n’ayant pas été payés par leur entreprise KouGC/ACCO en charge de cet important projet pour une facture de 24 milliards de dinars, aggrave la situation.

L’absence d’un interlocuteur en mesure de résoudre l’épineux problème – les propriétaires de KouGC/ACCO, en l’occurrence les Kouninef, se trouvant en prison pour moult griefs – complique non seulement les choses mais obligent les gestionnaires de la ressource hydrique de la wilaya à revoir leurs calculs et les tranches de distribution.

Pour une éventuelle reprise du pompage, l’Agence nationale des barrages et transferts (ANBT), maître d’ouvrage du projet, aurait saisi officiellement le 8 juillet KouGC/ACCO à l’effet de procéder aux réparations nécessaires. Pour de nombreux initiés, la correspondance de l’ANBT, n’ayant plus d’interlocuteur habilité à prendre en charge cet épineux problème, ne va pas aboutir de sitôt.

Ayant accepté de parler à El Watan sous couvert de l’anonymat, des proches du dossier estiment que l’Etat, qui a consacré plus de 1,5 milliard d’euros pour le gigantesque projet des grands transferts est-ouest, doit s’impliquer et vite.

«Pour démêler ce gravissime imbroglio se chiffrant en centaines de milliards de dinars, il est important de désigner un administrateur qui aura pour mission essentielle le règlement de tous les problèmes relatifs aux opérations de pompage et de transferts sous la garantie de KouGC/ACCO pour une année d’exploitation.

En plus de la panne précitée, l’entreprise doit boucler la phase des essais des deux autres pompes, inexploitées pour l’heure. Pour une montagne de raisons, l’Etat doit intervenir», précisent nos interlocuteurs. En perdurant, le problème risque  de «souffler» les milliards de dinars investis et d’en créer d’autres.

Sachant que les 12 millions de mètres cubes d’eau stockés actuellement  à El Maouane ne représentent qu’une autonomie de trois mois. Comme un malheur n’arrive jamais seul, le transfert annuel de 151 millions de mètres cubes du barrage d’Iraguene (Jijel) vers celui de Draa Diss, dans la commune de Tachouda (Sétif), qui devait être livré début 2019, fait du surplace.

Lancé en 2009 pour étancher la soif d’un million de personnes et irriguer pas moins de 36 000 hectares des Hauts-Plateaux sétifiens, le mégaprojet des grands transferts Est-Ouest est  confronté, dix années après, à des promesses et engagements sans lendemain…

Post Views: 0