Journée mondiale de la Sécurité des Patients et Covid-19 : Protéger les professionnels de la santé pour la sécurité des patients


Pour la deuxième année consécutive, la Journée mondiale de la sécurité des patients, instituée par la 72e Assemblée mondiale de la santé en mai 2019, dans la résolution WHA72.6, sera célébrée le 17 septembre.

Placé sous le thème «La sécurité des travailleurs de la santé : une priorité pour la sécurité des patients», cet événement intervient dans un contexte épidémique qui a ébranlé le monde, engendrant une crise sanitaire pour la sécurité des patients «jamais connue dans le domaine des soins de santé. La pandémie fait peser une charge sans précédent sur les systèmes de santé du monde entier.

Ceux-ci ne peuvent fonctionner sans agents de santé, et pour pouvoir soigner en toute sécurité, il faut un personnel bien informé, compétent et motivé», souligne l’Oms dans un communiqué rendu public, consacré à cet événement. L’OMS exhorte, ainsi, toutes les parties prenantes «à défendre la sécurité des agents de santé».

Elle souligne que la pandémie de Covid-19 a mis en évidence les gigantesques difficultés auxquelles les agents de santé sont actuellement confrontés partout dans le monde. «Travailler dans des conditions éprouvantes augmente les risques auxquels s’exposent les agents de santé, notamment le risque d’être infecté et de contribuer à des flambées épidémiques dans les établissements de santé, d’avoir un accès limité aux équipements de protection individuelle et aux autres moyens de lutte anti-infectieuse ou de mal les utiliser et de provoquer des erreurs pouvant nuire aux patients et aux soignants», relève l’OMS. Et de signaler que dans de nombreux pays, les agents de santé sont davantage exposés au risque d’infection, d’actes de violence, d’accidents, de stigmatisation, de maladie et de décès.

Des actions sont donc organisées à travers le monde à cette occasion, à l’instar de ce que fait la Société internationale de pharmacovigilance, qui lance une campagne de sensibilisation à la sécurité avec différents publics (patients, soignants, professionnels de santé) dans le but d’accroître l’utilisation sûre des médicaments et d’éviter les erreurs médicamenteuses. «Des événements virtuels sur des sujets particuliers, tels que l’hygiène ou la sécurité des médicaments dans les cliniques, les hôpitaux, les pharmacies ou les maisons de retraite, partage de vidéos et initiatives sur les médias sociaux, des affiches avec des conseils pour une meilleure sécurité des patients et des médicaments sans danger sont au programme», signale le Dr Omar Aimer, membre de la Société internationale de pharmacovigilance (ISOP) et diplômé de l’université de Harvard du certificat pour l’amélioration de la santé mondiale axée sur la sécurité.

Il explique que selon la classification de l’OMS, la sécurité des patients se définit comme «la réduction à un minimum acceptable du risque de préjudice superflu associé aux soins de santé.

Ce minimum acceptable est déterminé par les notions collectives ayant cours en vertu des connaissances, des ressources disponibles et du contexte dans lequel les soins ont été prodigués et comparativement au risque associé au non-traitement ou à un autre traitement».

Et de signaler que cette année, la pandémie de Covid-19 a mis en lumière les énormes défis et risques auxquels sont confrontés les travailleurs de la santé à l’échelle mondiale, y compris «les infections associées aux soins de santé, la violence, la stigmatisation, les troubles psychologiques et émotionnels, la maladie et même la mort». «De plus, le fait de travailler dans des environnements stressants rend les travailleurs de la santé plus susceptibles aux erreurs pouvant causer des préjudices aux patients», souligne-t-il, tout en précisant que la sécurité des patients est souvent considérée comme une composante de la qualité.

Cela de sorte que les pratiques visant à améliorer la sécurité des patients entraînent une amélioration de la qualité globale des soins, en prévenant les différentes erreurs dans le parcours des soins. «Des efforts à l’échelle internationale sont présentement en cours pour standardiser la taxonomie des concepts-clés en sécurité des patients et en répandre l’utilisation dans l’ensemble des systèmes de santé et qui devrait être mise en place dans notre pays», recommande-t-il.

Pour rappel, la Journée mondiale de la sécurité des patients vise à défendre cette cause partout dans le monde, à associer de plus près le public à la sécurité des soins de santé et à promouvoir des mesures de portée mondiale pour améliorer la sécurité des patients et réduire les préjudices qui leur sont causés.

«Le principe fondamental de la médecine est à l’origine de cette journée : avant tout, ne pas nuire», rappelle l’OMS, dont les objectifs de cette journée pour cette année est de sensibiliser l’opinion mondiale à l’importance de la sécurité des agents de santé et de ses liens avec la sécurité des patients, adopter des stratégies multimodales pour améliorer la sécurité des agents de santé et des patients, prendre des mesures urgentes et durables pour faire de la sécurité des agents de santé une priorité en matière de sécurité des patients et récompenser comme il convient le dévouement et le travail des agents de santé, en particulier dans le contexte actuel de lutte contre la Covid-19.

Post Views: 0