Ihsane El-Kadi arrêté et Radio M sous scellés : les réactions pleuvent

Arrestation du journaliste, directeur et fondateur du groupe médiatique en ligne « Radio M » et « Maghreb Emergent », Ihsane El-Kadi.

En effet, selon Radio M, Ihsane El-Kadi, a été interpellé une nouvelle fois, dans la nuit du vendredi au samedi derniers, aux environs de minuit et demi dans sa résidence secondaire à Zemmouri dans la wilaya de Boumerdès par 6 agents de police en civile.

Il avait été invité par téléphone vers 22 h à se rendre à la caserne Antar de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Cependant, le journaliste les a informés qu’il ne pouvait pas se déplacer car il se trouvait loin de la wilaya d’Alger. Deux heures plus tard, six policiers à bord de deux véhicules se sont présentés chez lui et lui ont demandé de les suivre.

Mise sous scellés des sièges de Radio M et Maghreb Emergent

Suite à cette arrestation, Ihsane El-Kadi,  a été amené menotté, samedi 24 décembre au soir, au siège de Radi M et Maghreb Emergent, se situant au centre de la capitale, par des agents de la direction générale algérienne de la sécurité intérieure (DGSI), ou ils ont procédé à une perquisition et à la saisie des équipements informatiques et de tournage, avant de mettre les locaux sous scellés et de quitter les lieux.

Etanchal - L’étanchéité en Algérie

Les réactions ne se font pas attendre

Que ce soit au niveaux national ou international es réactions n’ont pas tardé à pleuvoir après cette arrestation et cette mise sous scellé.

En effet, les journalistes de ces deux médias, ont exprimé leur indignation et leur mécontentement, en faisant circuler une pétition pour exiger la libération de leur directeur. Mais pas que, puisque de nombreuses personnalités politiques ou issues du monde la presse, ont à leur tour dénoncer l’arrestation du journaliste et fondateur des deux médias, en dénonçant aussi la mise sous scellé de ces derniers, à l’instar de Karim Tabou, Amar Ingrachen, Nahla Chaalal, Salima Tlemçani, ou encore le Parti Travailleur.

A coté de cela, les réactions de la presse internationale ne se sont pas faites attendre. Le Monde en parle en titrant avec « Dernier espace médiatique libre en Algérie, le siège de Radio M a été mis sous scellés », TV5 Monde de son coté aborde le sujet: « Algérie : avec la perquisition de Radio M, le pouvoir achève de museler la presse libre ».  Et RFI appelle à la libération du journaliste, « Algérie: Reporters sans frontières appelle à la libération du fondateur de Radio M, Ihsane El Kadi » avec ce titre.

En outre, The North Africa, rédaction anglophone a choisi ce titre « Rights watchdogs condemn Algeria’s closure of Radio M ».

Pour conclure, il est à noter, que 6 jours après son arrestation, Ihsane El-Kadi, est toujours en garde à vue, et que les motifs de cette dernière ainsi que la mise sous scellés des locaux de Radio M et Maghreb Emergent sont encore méconnues.