Grève en France : plusieurs vols avec l’Algérie risquent l’annulation

Un nouvel évènement frappe le secteur aérien : une grève qui risque d’impacter l’ensemble du trafic.
Cette grève qui concerne les contrôleurs aériens en France est prévue ce vendredi 16 septembre 2022.

Selon la presse française, les autorités responsables demandent aux compagnies aériennes d’annuler la moitié des vols par précaution. En effet, la direction générale de l’aviation civile la direction générale de l’Aviation civile (DGAC) a incité les différentes compagnies à « réduire leur programme de vols de 50 % pour cette journée, en France métropolitaine et en outre-mer ».

Cette demande a été faite, suite au préavis de grève envoyé par le SNCTA (syndicat national des contrôleurs du trafic aérien), syndicat majoritaire. Cette grève va être entreprise dans le but de réclamer une augmentation des salaires, compte tenu de la situation économique actuelle. Le syndicat a aussi souligné sa préoccupation quant au « niveau actuel de l’inflation ainsi que des recrutements à venir ».

Les vols France – Algérie seront-ils impactés ?

Afin de minimiser les répercussions sur le programme aérien, les autorités compétentes ont mis en place un service minimum, et la réduction du trafic mais les perturbations seront inévitables. Selon le communiqué de la DGAC « des annulations de vols et des retards significatifs sont à prévoir sur l’ensemble du territoire ».

Cela risque de ralentir l’activité aérienne du pays, l’offre sera nettement inférieure à la demande, les répercutions à l’international se feront sentir et les vols entre l’Algérie et la France se verrons eux aussi impactés. En effet, cette consigne s’applique à Air Algérie comme à l’ensemble des autres compagnies desservant des vols pour la France.

Pour l’instant, la compagnie nationale algérienne Air Algérie n’a donné aucune information quant à ces changements. Néanmoins, la DGAC a dans son communiqué invité « les passagers qui le peuvent à reporter leur voyage et à s’informer auprès de leur compagnie aérienne pour connaître l’état de leur vol ».