Giorgia Meloni, la 1re ministre italienne, en Algérie ce dimanche

Giorgia Meloni, la nouvelle première ministre de l’Italie, se rendra en Algérie demain, 22 janvier, pour une visite de deux jours (dimanche et lundi). C’est ce qu’ont rapporté plusieurs médias italiens et internationaux à l’instar de Nova Agency et de Bloomberg. Les cercles diplomatiques ont confirmé l’information ce matin. Il s’agit de la première visite officielle de Meloni dans un pays étranger ; la troisième d’un Premier ministre italien en Algérie en l’espace d’un an.

| LIRE AUSSI : Italie. Le gaz algérien au centre d’une transaction stratégique

Même si le programme détaillé de la visite n’est pas encore connu, il n’est pas exclu que Meloni rencontre, outre son homologue Benabderrahmane, également le Président de la République, Abdelmajid Tebboune. À cette occasion, les deux parties comptent signer des accords bilatéraux, surtout que l’Italie cherche à obtenir davantage de gaz algérien pour remplacer le gaz russe.

Le gaz algérien principal enjeu de la visite de Meloni

Suite aux répercussions du conflit Russie-Ukraine, l’Italie tente de renforcer sa sécurité énergétique et de se sevrer des approvisionnements russes en gaz. C’est dans ce contexte qu’elle a trouvé dans le gaz algérien l’alternative idéale. D’ailleurs, en 2022, l’Algérie a supplanté la Russie comme premier fournisseur de gaz naturel de l’Italie.

Claudio Descalzi, le DG d’Eni SpA, a déclaré la semaine dernière que si l’Italie arrive à augmenter ses importations en provenance d’Algérie, elle disposera de suffisamment de gaz pour passer l’hiver 2023-24 sans perturbations. Il a aussi fait savoir qu’en 2022, l’Algérie a fourni 38 % des besoins en gaz de l’Italie, soit autant que la Russie avant qu’elle ne coupe ses flux vers l’Europe en représailles aux sanctions.

La Première ministre italienne, Giorgia Meloni.

La Première ministre italienne, Giorgia Meloni.

L’Algérie, qui fait partie des plus grands fournisseurs de l’Europe, exporte son gaz à la fois sous forme de gaz naturel liquéfié (GNL) et par voie de gazoduc, notamment le Transmed (alias Enrico Mattei). Mario Draghi, le prédécesseur de Meloni, s’est rendu l’an dernier à Alger à deux reprises et a signé un accord en vertu duquel le gouvernement algérien s’engage à augmenter de 50 % les exportations de gaz vers l’Italie.

Ainsi, l’Algérie pourrait constituer la plaque tournante du « plan Mattei » pour l’Afrique que Meloni a annoncé lors de son discours d’installation, fin octobre 2022. Un projet qu’elle a réaffirmé le 3 décembre en déclarant : « Nous avons besoin d’un plan Mattei pour l’Afrique avec une posture non pas prédatrice, mais collaborative ».

| LIRE AUSSI : Exportation de Gaz – Tebboune affiche l’objectif de l’Algérie pour 2023

Par ailleurs, selon les données du MAE italien, les échanges commerciaux entre l’Algérie et l’Italie ont dépassé, en 2022, la barre des 10 milliards d’euros. 8 de ces 10 milliards consistent en les importations italiennes de gaz naturel.

L’industrie navale, l’automobile, l’agriculture, le tourisme et les startups feront aussi partie du programme

La question énergétique est évidemment une priorité, mais l’Algérie ne se résume pas au gaz. Le savoir-faire italien dans la construction navale, civile et surtout militaire, son expertise dans l’industrie automobile, l’agroalimentaire, le tourisme, la valorisation du patrimoine – sont autant de domaines qui intéressent notre pays.

Sans oublier les startups, les microentreprises et l’innovation comme moyen d’éviter la fuite des talents, accélérer le développement économique et s’attaquer aux racines de l’émigration clandestine de l’Afrique vers l’Europe.

Le premier ministre algérien reçoit le PDG de Stellantis

jeudi 13 octobre 2022 – Le Premier ministre, Benabderrahmane reçoit Carlos Tavares, Pdg du groupe automobile Stellantis.

À ce propos, Yacine El Mahdi Oualid, le ministre algérien de l’Économie de la connaissance a déclaré à Nova Agency : « L’Algérie, comme les autres pays en développement, souffre de la fuite des cerveaux… Ce que nous faisons chaque jour, c’est d’aider nos talents à réussir en Algérie… Il n’y a pas de développement sans talents. Nous espérons qu’avec l’aide de l’Italie nous pourrons accélérer le développement et avoir un impact positif sur l’émigration. »

| LIRE AUSSI : Industrie navale militaire – L’Algérie et l’Italie proches d’un accord

De son côté, l’ambassadeur de l’Algérie en Italie, Abdelkrim Touahria, a fait savoir qu’outre la question énergétique, l’automobile, l’agriculture, les industries navales, les startups et le tourisme compteront parmi les dossiers mis sur la table lors de la visite de Giorgia Meloni en Algérie. En plus des industries lourdes qui feront l’objet de discussions lors du Forum d’affaires algéro-italien qui aura lieu le mercredi 25 janvier, à Naples.

Enfin, l’ambassadeur Taouharia a révélé que les modèles de voitures Fiat fabriqués à l’usine d’Oran seront dévoilés le 19 mars prochain pour être commercialisés avant la fin de l’année 2023. Le diplomate a aussi évoqué l’investissement du groupe Adler dans le secteur des pièces de rechange automobiles.