Gestion de l’eau : Le DG de l’ADE appelle à lutter contre le gaspillage


Le directeur général de l’Algérienne des eaux (ADE), Smaïn Amirouche, a animé hier une conférence de presse au niveau de la station de traitement de Boudouaou, au cours de laquelle il a plaidé pour une rationalisation de la consommation de l’eau, non seulement durant les journées de la fête de l’Aïd, mais tout au long de l’année.

S’appuyant sur un argumentaire comparatif avec la consommation de l’année dernière pour la même période, il a signalé que «la quantité d’eau habituellement consommée en 24 heures est épuisée en 5 heures durant la fête du mouton». Il a expliqué que «cet état de fait engendre une grande pression sur les réseaux d’alimentation en eau potable et sur toutes les infrastructures hydrauliques» pouvant induire «le vidage total de certains réservoirs».

La capacité de production actuelle est de 9,8 millions de mètres cubes. Malheureusement, un taux de 50% de pertes est enregistré en raison de la vétusté du réseau (30%) et des piquages illicites (20%).

Pour éviter le scénario de certains quartiers ou habitations en hauteur qui enregistrent un manque d’eau et parfois des ruptures d’approvisionnement, une campagne de «solidarité de l’eau» et un programme ont été mis en place.

Si la sensibilisation pour la lutte contre le gaspillage cible le sens du civisme chez le citoyen, notamment dans les grandes agglomérations et les chefs-lieux des collectivités locales, le programme d’approvisionnement prévoit trois tranches de populations. Selon M. Amirouche, la première, majoritaire à 78%, connaît une distribution régulière H24.

La campagne de solidarité vise à la sensibiliser à l’économie de l’eau pour permettre à des voisins moins chanceux d’en profiter également. La seconde plage est approvisionnée 1 jour sur 2.

Elle doit prendre ses dispositions pour emmagasiner le liquide vital. Quant à la troisième tranche restante, elle n’a de l’eau que rarement dans la semaine. Elle concerne les zones éparses, enclavées et d’ombre. Le programme prévoit un approvisionnement par citernage. Pour ce faire, 500 camions-citernes ont été mobilisés.

En même temps, l’Algérienne des eaux a mobilisé ses troupes avec le concours d’entreprises publiques et privées et a renforcé son dispositif de contrôle de la qualité de l’eau.

Toutefois, il ne faut espérer une nette amélioration de l’alimentation en eau potable pour l’ensemble des citoyens que d’ici 2030. En effet, le DG de l’ADE a révélé que des études ont été lancées pour la modernisation du réseau d’AEP de 40 villes. Une fois les entreprises désignées et les financements disponibles, il est prévu de rénover 2000 km de réseaux par an.

Post Views: 12