Gaïd Salah ordonne à la gendarmerie nationale de filtrer les accès de la capitale le vendredi


En visite à Tamanarasset

Le calvaire qui dure durant des mois quant à la libre circulation des automobilistes venant des autres wilayas du pays vers la capitale chaque vendredi va encore perdurer. Annonce faite ce mercredi à partir de Tamanrasset où le chef d’état major et vice ministre de la défense nationale a indiqué dans son discours avoir donné l’ordre à la gendarmerie nationale d’empêcher l’accès à la capitale aux transporteurs de manifestants venant des autres régions du pays les qualifiant de « relais de la bande», cite l’aps. « J’appelle à l’application rigoureuse des réglementations en vigueur, y compris, l’interpellation et la saisie des véhicules et des autocars utilisés ainsi que la délivrance d’amendes à leurs propriétaires », a-t-il averti. Cette mesure catégorique, officieusement appliquée durant ces derniers mois, est motivé par le fait que « certaines parties aux intentions malveillante font de la liberté de circulation un prétexte pour justifier leurs comportements dangereux à la quiétude du citoyen », estime-t-il. Cette décision est une et une atteinte à la constitution, estiment plusieurs animateurs du Hirak.

A cet effet, l’article 55 de la constitution stipule : « Tout citoyen jouissant de ses droits civils et politiques a le droit de choisir librement le lieu de sa résidence et de circuler sur le territoire national. Le droit d’entrée et de sortie du territoire national lui est garanti. Toute restriction à ces droits ne peut être ordonnée que pour une durée déterminée, par une décision motivée de l’autorité judiciaire »

Post Views: 2 484