France : un Algérien condamné pour violences familiales à Montpellier

En France, la moyenne des femmes, âgées entre 18 à 75 ans, qui ont subi des violences physiques ou sexuelles de la part de leurs conjoints s’élève à 213 000 femmes. Et parmi les femmes tuées par leurs compagnons, 35% étaient victimes de violences antérieures.

Des chiffres alarmants qui illustrent le silence de plusieurs femmes dans ce pays. Dans ce même sillage, le quotidien régional Midi Libre a fait part de l’histoire d’une famille algérienne établie à Montpellier, qui a subi des violences de la part du père de famille depuis 20 ans.

Il s’agit de Hocine un ressortissant algérien âgé de 48 ans qui fait preuve de violences envers sa femme, mais aussi envers ses enfants.

Montpellier : un Algérien condamné pour violences envers sa famille

Depuis plus de 20 ans, cette famille algérienne subit la violence de la part de Hocine. Et pourtant, ils n’ont jamais osé porter plainte contre ce dernier. Par ailleurs, la situation a encore dégénéré, le mois d’octobre dernier. Notamment, au moment où Hocine a tenté de forcer sa femme pour revenir en Algérie, à raison de leur relation compliquée.

En effet, au moment où les enfants ont tenté d’intervenir pour faire face à la décision de leur père, ce dernier a donné un coup de pied à un ordinateur, qui a fini par heurter la tête de l’une de ses filles. Cette scène de violence ne s’arrête pas là, Hocine a même poussé sa fille cadette contre un mur. Une situation qui a enfin poussé la maman, qui s’est enfermé dans sa salle de bain, à faire appelle à la police pour l’arrêter.

Face au juge du tribunal de Montpellier, ce père de famille algérien n’a pas nié les faits. Mais il s’est justifié par un surmenage qu’il a fortement impacté, au cours de ces dernières années, notamment suite au décès de son père. De leur côté, les enfants étaient traumatisés, « Il a aussi attaché mon frère « a témoigné l’une des deux filles de Hocine, au sujet de leur père, qualifié de  » tyran domestique » par le tribunal.

Un an d’emprisonnement contre le père de famille algérien

Pour mettre un terme pour le comportement violent de ce père de famille algérien, le tribunal de Montpellier a prononcé une peine d’un an de prison, dont huit mois avec sursis avec maintien en détention. Mais aussi, l’obligation de suivre une formation et des soins pendant deux ans.

Par ailleurs, le tribunal de Montpellier a prononcé l’éloignement de Hocine et l’interdiction d’entrée en contact avec sa femme, ainsi qu’un retrait de l’autorité parentale. Dorénavant, cet Algérien doit porter un bracelet anti-rapprochement, pendant un an, qui l’empêchera de se rapprocher du domicile familial.