France: un Algérien arrêté pour vol à l’arraché et agression à Valence

De plus en plus de ressortissants algériens en France tombent face à la justice.  En effet, impliqués dans des affaires d’agression et vol, ces derniers arrivent toujours à se faire repérer par la police, donc à faciliter leurs arrestations dans ce pays.

La plus récente affaire remonte au dimanche 13 novembre dernier, à valence. Un homme âgé de 35 ans a été violemment agressé par trois individus. Et ce, près du cartier du Polygone. Suite à cette agression, la victime a écopé trois semaines d’incapacité totale de travail (ITT).

Agression d’un homme à valence : un Algérien arrêté en France

Les faits remonte à l’aube du dimanche dernier, notamment vers 6 h 45 du matin. Et ce, au moment où l’homme de 35 ans rentrait d’une soirée chez ses amis. Trois hommes sont alors venus l’aborder pour tenter de le conduire, de force, vers leur véhicule, avant de le rouer de coups au visage et d’arracher son collier.

Arrivé sur les lieux, la police a découvert la victime clouée au sol. Cette dernière a été transportée dans l’urgence vers l’hôpital. Par ailleurs, en ce qui concerne les trois agresseurs, l’un d’entre eux a réussi de prendre la fuite. Tandis que d’autres ont été arrêtés par la police.

Suite à l’enquête lancée, les éléments de la police ont découvert des taches de sang sur les vêtements du mis en cause. Mais aussi, ils ont réussi à trouver le collier de la victime caché dans le caleçon de l’un des agresseurs.

L’Algérien lourdement condamné à Valence

L’un de ces deux individus, est de nationalité tunisienne, âgé de 22 ans, rapporte France Bleu. L’autre est un Algérien dit être âgé de 16 ans. Cependant, suite à une radio effectuée pour ce retenu, à l’hôpital, son âge osseux indique qu’il est proche de 22 ans.

Les deux agresseurs ont été placés en garde à vue. Et ont été présentés au parquet de valence, le mardi dernier. Et ce, notamment pour violence volontaire et vol en réunion. Le tribunal les a condamné à deux ans de prison ferme. Mais aussi, une interdiction du port d’arme blanche pendant cinq ans. Tout ça associé à une interdiction du territoire France, avec l’obligation de verser la somme de 3 000 euros à la victime.