France : quand un Algérien se fait arrêter pour vol de vélos

Poussés par le rêve de retrouver une meilleure vie, nos jeunes Algériens quittent en masse le territoire national, peu importe le moyen. Par ailleurs, arrivés à l’autre bout de la méditerranée, notamment la France, ils se retrouvent face à la sombre réalité. Si certains arrivent à décrocher un petit boulot pour subvenir aux besoins du quotidien, d’autres se retrouvent à vivre dans l’ambre, clandestinement, ne trouvant même de quoi se nourrir.

Une telle situation pousse certains ressortissants algériens à suivre le chemin de la délinquance. Et à lui consacrer toute une profession. Malheureusement, c’est le cas de plusieurs de nos jeunes en situation irrégulière en France. Telle est l’histoire de ce jeune Algérien arrêté le 30 août dernier, à la gare de La Verrière aux Yvelines en France.

Un Algérien arrêté pour des vols à répétition de vélos

La semaine dernière, et après avoir reçu plusieurs plaintes portant sur la disparition de trottinettes électriques et sur le vol de plusieurs vélos. Les forces de l’ordre de cette région ont mis en place un plan pour mettre un terme à ces vols à répétition.

Après avoir passé trois heures à guetter la gare de La Verrière, les agents de police ont surpris Bilal, un jeune Algérien de 22 ans, en plein délire. En effet, ce dernier était en train de s’emparer d’un vélo électrique. Pris par la panique, Bilal a nié totalement les accusations de la police.

Cependant, après vérification des affaires de cet Algérien, mais aussi des vidéosurveillances. Cet accusé a finalement reconnu le vol de plusieurs vélos et trottinettes électriques autour de cette même gare.

Lors de ses auditions face au juge, Bilal a fait savoir qu’il volait ses vélos pour pouvoir les vendre à 70 euros. Et 100 euros la trottinette électrique. De quoi se nourrir et payer son loyer à Argenteuil. Par ailleurs, pour lui faire payer ses actes, le juge chargés de son affaire a prononcé 14 mois d’emprisonnement avec une incarcération immédiate. Il sera jugé par un autre tribunal, prochainement, pour autres faits.