Festival du film arabe de Fameck 2022 : l’Algérie invitée d’honneur

Les cinéastes algériens, mais aussi arabes, arrivent à s’imposer de plus en plus dans des festivals internationaux. Parmi ces derniers, figure le festival du film arabe du Fameck, qui aura lieu du 6 au 16 octobre 2022 en France. Organisé par Cité Sociale et la Ligue de l’enseignement – FOL Moselle, cet événement, proposera plus de 40 films, documentaires, longs métrages de fiction et courts métrages.

Les dix jours du festival du film arabe du Fameck vont connaitre une projection de plusieurs réalisations en provenance de plusieurs pays arabes. Dont l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, la Jordanie, l’Égypte, le Liban, l’Irak… Et ce, avec comme objectif la promotion d’une cinématographie émergente.

Des réalisateurs algériens disputent le Grand prix du festival du film arabe de Fameck en France

Comme à son habitude, cet événement invite plusieurs cinéastes à présenter et à accompagner leurs réalisations. Et ce, autour de plusieurs débats et échanges. Cette année, deux cinéastes algériens disputent le Grand prix avec d’autres réalisateurs arabes. Il s’agit d’Omar Belkacemi avec « Rêve (Argu) », et de Salah Isaad avec « Soula ».

Dans « Rêve (Argu) », Omar Belkacemi retrace la vie d’un jeune homme jugé bizarre par les habitants de son village, de part son apparence et son comportement singulier. Du jour au lendemain, ce jeune homme se retrouve coincé dans un asile psychiatrique suite à la décision de ces villageois.

De son côté, Salah Isaad relate, grâce à « Soula », l’histoire et le vécu d’une jeune maman célibataire, chassée et rejetée par ses parents. « Soula » avait, récemment, remporté trois prix lors de la 26e édition du Avanca Film Festival, qui s’est déroulée au Portugal.

L’Algérie invitée d’honneur de la 33e du festival du film arabe de Fameck

Lors de la 33e édition du festival du film arabe Fameck, et à l’occasion du 60e anniversaire des accords d’Évian, l’Algérie sera l’invitée d’honneur. En effet, ce festival mettra en l’honneur une sélection d’une dizaine réalisations algériennes. Dont des cinémas d’auteur et de genre, mais aussi des documentaires, indiquent les organisateurs sur leur site officiel.

Par ailleurs, à la tête d’un jury composé de professionnels du cinéma, se retrouve une réalisatrice aux origines algériennes, en sa qualité de présidente du jury longs métrages de l’édition 2022. Il s’agit bel et bien de l’algérienne Mounia Meddour. Cette dernière est connue, auprès de son public, grâce à son film « Papicha ». Mais aussi « Houria » qui ferra sa sortie en salles le 15 mars prochain.