Émigration clandestine : 314 harraga interceptés en 72 heures


Au lendemain des fêtes de la nouvelle année 2020, les tentatives pour quitter le pays clandestinement vont crescendo. Elles se sont multipliées à travers les principales villes côtières de l’Algérie.

En effet, selon le commandement national des Garde-côtes (forces navales), relevant du ministère de la Défense nationale (MDN), le décompte officiel fait état d’un total de 314 candidats à l’émigration clandestine qui, pour fuir leur pays, ont bravé les risques de la mer en plein hiver.

Parmi eux, des femmes, des enfants et même un jeune étranger (Yéménite), dont l’âge varie entre 13 et 48 ans, révèlent des sources militaires. Avant-hier, des éléments des garde-côtes ont intercepté, arrêté et mis en échec des tentatives d’émigration clandestine de quelque 151 personnes qui, tôt dans la matinée, ont appareillé à partir des wilayas d’El Tarf, Skikda, Oran, Chlef et de Tipasa.

Elles ont été ramenées à bon port et auscultées par les médecins de la Protection civile avant d’être auditionnées pour les présenter aujourd’hui devant la justice de leurs wilayas respectives.

La veille, abondent les mêmes sources, les unités semi-rigides des mêmes garde-côtes ont fait avorter plusieurs tentatives de harga lors d’opérations distinctes à Annaba, Skikda, El Kala (El Tarf), Mostaganem, Oran et Aïn Témouchent. Au total, huit tentatives d’émigration clandestine de pas moins de 163 personnes à bord d’embarcations pneumatiques.

A la veille du réveillon, soit le 30 décembre, 12 jeunes harraga, dont un a trouvé la mort et deux autres qui sont dans un état grave, ont été secourus par un pétrolier algérien, le M/T Hassi Touareg, propriété de la compagnie nationale Hyproc SC. Les candidats à l’émigration clandestine ont été récupérés par les unités des forces navales en haute mer, puisque les quais du port commercial de Annaba ne sont pas conçus pour accueillir des pétroliers de la dimension de ce tanker.

Le corps d’un des harraga ayant succombé à une hypothermie, selon des sources médicales, a été déposé par les éléments de la Protection civile à la morgue de l’hôpital Ibn Rochd du CHU de Annaba. Les deux blessés, quant à eux, ont été hospitalisés. Les 12 harraga, dont l’un est le frère de la victime, étaient âgés entre 25 et 37 ans.

Ils auraient appareillé depuis les côtes de la wilaya de Jijel, motivés par une ferme intention de quitter l’Algérie avec l’espoir de s’établir sous des cieux européens «plus cléments».

Rappelons que cette inquiétante reprise de tentatives de quitter l’Algérie clandestinement par la mer intervient au lendemain de l’élection d’un président de la République et la nomination d’un nouveau gouvernement. Selon un décompte officiel, communiqué par le MDN en 2019, l’armée a mis en échec 3053 tentatives d’émigration clandestine et secouru 331 personnes.

Post Views: 0