Des peines allant de 2 à 15 ans à l’encontre de 6 personnes à El Tarf


Affaire d’homicide volontaire sur deux prétendants à l’émigration clandestine

Le tribunal criminel d’El Tarf a prononcé lundi en appel des peines allant 2 à 15 ans de prison ferme à l’encontre de 6 mis en cause, dont quatre en détention, pour homicide volontaire sur deux prétendants à l’émigration clandestine, a-t-on constaté.

Le tribunal a confirmé la peine de 15 ans d’emprisonnement à l’encontre du principal auteur de l’homicide volontaire avec préméditation et a alourdi les peines d’une année de plus à l’encontre des six autres condamnés passant à 2, 4 et 9 ans de prison ferme, alors qu’une septième personne, le vendeur d’une embarcation, a été relaxé.

Selon l’arrêt de renvoi, le 20 mai 2017, les services de sécurité avaient reçu un appel sur le numéro vert signalant la présence de deux victimes gisant dans une mare de sang, au pied d’une bâtisse en construction dans la ville côtière d’El Chatt. A l’arrivée de la police, une des victimes, originaires tous les deux de Sétif et prétendants à l’émigration clandestine, avait rendu l’âme sur place, tandis que la seconde s’était fracturée à l’épaule gauche, précise le même document.

Ces jeunes, hébergés dans cette construction, étaient entrés en contact avec un intermédiaire par le biais des réseaux sociaux et avaient remis une avance à un passeur en attendant leur départ vers l’autre rive de la Méditerranée quand ils ont été agressés par trois des six condamnés à l’arme blanche, lit-on encore dans le même document.

Une des victimes a fait une chute du quatrième étage de cette bâtisse, lui causant un handicap à vie. Dans leurs plaidoiries, les avocats de la défense ont tenté de faire bénéficier leurs clients des circonstances atténuantes arguant, entre autres, l’absence de l’acte de préméditation et que le vol était le seul mobile, alors que le ministère public a requis la peine capitale à l’encontre des accusés.

Post Views: 0