Débats autour de l’amendement de la Constitution : L’ARAV adresse des recommandations aux médias télévisuels


L’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) arrivera-t-elle cette fois-ci à apporter de l’ordre dans un secteur caractérisé par une multitude de carences dont bien évidemment, dans la majorité des cas, l’absence de débats contradictoires, notamment lorsqu’il s’agit des questions importantes ?

En tout cas, avec la diffusion de la mouture de l’avant-projet d’amendement de la Constitution, l’ARAV a émis, comme indiqué dans un communiqué rendu public avant-hier, des recommandations dont l’objectif est de «réguler le rôle des médias audiovisuels dans l’accompagnement de l’effort national et l’encadrement du débat relatif à l’enrichissement de la mouture de l’avant-projet d’amendement de la Constitution».

Une démarche qui découle, ajoute-t-on de même source, de «la responsabilité sociale et du rôle efficace que jouent les médias audiovisuels à l’effet de sensibiliser et de garantir, autant que faire se peut, l’enrichissement et le débat de la mouture de la Constitution dans le cadre du respect des règles professionnelles et d’éthique».

A cet effet, l’Autorité appelle les différents médias audiovisuels à «traiter avec objectivité et impartialité et encadrer le débat dans le respect des opinions différentes et des normes professionnelles et d’éthique».

Elle leur demande aussi de s’engager à «garantir la diversité et la participation des différentes sensibilités et orientations intellectuelles et politiques, ainsi que les composantes culturelles et linguistiques dans toutes formes et types de couverture médiatique, à même d’assurer un support au niveau national et également impliquer notre communauté à l’étranger».

Par ailleurs, l’ARAV précise qu’«il est interdit, lors de la diffusion de programmes radio et télévisuels dédiés au débat de la mouture de la Constitution sur leurs sites électroniques ou sur les pages des réseaux sociaux, de faire un montage ou d’en extraire des passages, de manière à entamer l’essence même du contenu originel ou de déformer son véritable sens».

De ce fait, cela va-t-il permettre à ceux qui s’opposent à cette mouture, aussi bien ceux qui critiquent le contenu du document que ceux qui remettent en cause carrément tous le processus en cours, l’accès à ces médias ? En tout cas, jusque-là, alors que dix jours sont passés depuis la diffusion de l’avant-projet, les apparitions des opposants à ce texte sur les plateaux de ces chaînes de télévision sont presque inexistantes.

Il faut noter en dernier lieu que l’ARAV a adressé, depuis le début du mois de Ramadhan, plusieurs avertissements à des médias audiovisuels au sujet de programmes (caméras cachées principalement) jugés violents ou offensants.

Post Views: 122