Corruption : 60 biens, 80 comptes bancaires… La fortune de Beleksir

Depuis plus de 3 ans les procès d’ex-ministres, d’anciens hauts responsables d’Etat et d’ex-hommes d’affaires s’enchainent, et les découvertes de leurs fortunes, mais aussi de ce qu’ils possédaient comme biens immobiliers continue de susciter l’indignation. Bon nombre d’entre eux se sont vus condamnés à de lourdes peines de prison. Outre les condamnations la justice a décidé de saisir leurs comptes bancaires, leurs biens immobiliers et leurs entreprises.

Parmi les hauts responsables ayant fait l’objet de saisis de biens, on retrouve l’ancien général Ghali Beleksir avait pris la fuite en 2019 durant les évènements qui se sont déclenchés pour l’annulation du cinquième mandat du défunt Abdelaziz Bouteflika. Celui qui fait l’objet de quatre mandats d’arrêt internationaux, poursuivi et condamné dans trois dossiers de corruption et une affaire de trahison, voit des dizaines de ses biens et comptes récupérés par la justice algérienne.

En effet selon le quotidien francophone « Le Soir d’Algérie », Beleksir était à la tête d’un vaste patrimoine immobilier entre Alger et des régions de l’ouest du pays. Il détenait plus de 60 biens, entre maisons, villas, terrains et bureaux. La justice fait aussi état de véhicules de luxe ainsi que trois sociétés fictives et d’autres sociétés offshore.

De plus, environ 80 comptes, en dinars et en devises, ont été bloqués et l’argent qui s’y trouvait récupéré. La valeur de ces avoirs serait, quant à elle, estimée entre sept cents et neuf cents millions de dinars algériens.

Beleksir possède-t-il des biens à l’étranger ?

Selon la même source, en plus de tous ces biens et comptes que possédait l’ex-général Ghali Beleksir en Algérie, celui qui réside selon « The Guardian » au Vanuatu, ou il est propriétaire de plusieurs maisons, posséde aussi de nombreux biens dans plusieurs autres pays étrangers, principalement en France, en Espagne et au Luxembourg.

En effet, ces biens et comptes bancaires figurent dans une autre liste, provisoire établie par les commissions rogatoires dépêchées à travers ces pays.

Il est important de noter que pour empêcher la saisie de la totalité de ses biens en Algérie, depuis l’étranger, Beleksir a tenté de mettre en place un plan. Cependant au cours de l’année 2022, les enquêteurs ont réussi à démanteler un groupe de personnes qu’il avait mandaté à cette fin.