Coronavirus à Blida : Même pas un service de réanimation !


La wilaya de Blida n’est même pas dotée d’un service de réanimation, mais plutôt de petites unités rattachées à des services comme ceux de cardiologie, neurologie et neurochirurgie.

Après le décès d’un homme, âgé de 67 ans, et d’une femme de 51 ans, tous les deux atteints du coronavirus, aux urgences du Chu Frantz Fanon, plusieurs médecins à Blida tirent la sonnette d’alarme ! Ils ne cessent de craindre la propagation du virus corona tandis que les structures hospitalières ne sont pas dotées de moyens nécessaires pour y faire face.

Les personnels médical et paramédical manquent aussi de protection lors des contacts avec les malades, atteste-t-on. Certains ont subi les tests nécessaires qui se sont avérés négatifs, mais cela ne veut en aucun cas dire qu’ils sont protégés du virus lors de l’accomplissement de leur tâche.

Par ailleurs, une wilaya comme Blida n’est même pas dotée d’un service de réanimation, mais plutôt de petites unités rattachées à des services comme ceux de cardiologie, neurologie et neurochirurgie. «Pourquoi on ne veut pas créer un service de réanimation autonome au Chu Frantz Fanon ?» se demande un médecin spécialiste relevant de cet hôpital, avant de poursuivre : «Le coronavirus est une énième occasion qui a démontré les limites de notre système de santé.

Où va-t-on mettre les malades atteints du corona qui nécessiteront une réanimation ? Le peu de lits dédiés à la réanimation relèvent d’autres services et sont insignifiants. Les mettre avec les autres malades risque de provoquer d’autres cas de contamination.» Vendredi à Blida, le hirak a été maintenu. Ses défenseurs se disent fidèles aux principes de ce mouvement.

Les médecins ont, par contre, affiché leur «indignation» face à ce qu’ils qualifient d’inconscience collective qui peut être fatale. «On rappelle et on insiste que le coronavirus est contagieux. Les rassemblements et les marches peuvent constituer un moyen rapide de propagation du virus et de contamination», insistent-t-ils.

Une famille évacuée de force

Jeudi, des policiers de la BRI se sont présentés, en force, au domicile de la famille de la première personne décédée à cause du coronavirus (un homme de 67 ans et habitant à Blida-centre), pour évacuer, de force, ses occupants à l’hôpital de Boufarik.

La cause : ils auraient refusé de se présenter à l’hôpital pour subir les tests nécessaires. Par ailleurs, et en cas d’augmentation du nombre de personnes suspectées, l’unité d’infectiologie de Boufarik risque de ne pas les prendre en charge, la structure étant petite et dépourvue de moyens.

Une décision aurait été prise pour transférer tous les malades au Chu Frantz Fanon, au niveau d’une nouvelle unité pour maladies cardiovasculaires, non encore opérationnelle, afin de centraliser toutes les opérations et les suivis médicaux en un seul lieu.

«Il y a vraiment urgence de créer un service de réanimation et un autre service dédié à l’infectiologie pour rendre le traitement et le suivi des malades atteints d’une épidémie plus efficaces. Le choléra de l’année dernière et le coronavirus doivent servir de leçons aux responsables de la santé», appellent des médecins.

Un proche de la famille d’une victime s’est présenté, de son propre gré, à l’hôpital de Boufarik pour subir le test. Il raconte comment il a trouvé cet établissement et son parcours du combattant : «Je me suis présenté, jeudi, à 9h, à l’hôpital pour les besoins du test. C’était la grande pagaille. Beaucoup de monde et beaucoup d’anarchie.

D’ailleurs, mon tour n’est arrivé qu’en fin d’après-midi. Finalement, c’était juste un questionnaire relatif à mes contacts avec la petite famille du défunt. Je risque d’être rappelé à tout moment. Mais une chose est sûre, le personnel semblait dépassé et ne savait plus où donner de la tête.»

Enfin et en dehors des structures de santé qui sont loin de fonctionner dans les normes, des citoyens de Blida vont jusqu’à appeler à fermer les supermarchés et autres lieux connaissant une affluence humaine pour éviter la propagation du virus.

Post Views: 890