Coran brûlé en Suède : l’Algérie exprime sa ferme condamnation

Le samedi dernier, le geste islamophobe d’un extrémiste suédois-danois, manifestant devant l’ambassade de la Turquie à Stockholm, a suscité la colère des musulmans dans le monde. En effet, Rasmus Paludan, militant anti-Islam et anti-immigration, a brulé un exemplaire du Coran.

Suite à cet acte, la police suédoise estime que la Constitution et la liberté de manifestation et d’expression dans le pays, ne justifient pas l’interdiction de la manifestation. De son côté, le premier ministre suédois a déploré, ce dimanche 22 janvier, un acte « profondément irrespectueux  » envers la communauté musulmane. Ce même responsable a également exprimé sa sympathie aux musulmans suite à cet acte commis pour dénoncer des négociations concernant l’adhésion de la Suède à l’Otan.

Pour le dirigeant conservateur Ulf Kristersson, la liberté d’expression représente une part fondamentale dans la démocratie. Selon ce dernier, ce qui est légale n’est pas nécessairement approprié, a-t-il déclaré suite à l’autodafé de cet exemplaire du Coran.

Coran brûlé à Stockholm : l’Algérie condamne « fermement »

Suite à cet incident, de nombreux pays musulmans ont exprimé, en ce début de semaine, leur indignation. Tout, comme le Maroc, l’Arabie Saoudite, l’Indonésie, les Émirats arabes Unis, l’Algérie condamnent fermement l’autodafé d’un exemplaire du Coran.

En effet, dans un communiqué rendu public, ce dimanche 22 janvier, par le ministère des Affaires étrangères, ce dernier exprime la ferme condamnation de l’Algérie de cet acte. Qui, selon le communiqué, susceptible d’attiser la haine et de porter gravement atteinte aux principes de libertés sur lesquelles se reposent les sociétés.

Par ailleurs, le communiqué du ministère des Affaires étrangères souligne que cet acte touche aux principes des droits de l’homme.

| À LIRE AUSSI :

>> France: les musulmans du Vaucluse dénoncent une mesure discriminatoire

>> D’origine française, une chrétienne se convertit à l’Islam à Oran