Condamnation des 3 frères Aissiou, propriétaires d’El Djazairia One

Le pôle pénal économique et financier de Sidi M’hamed a prononcé son verdict, ordonnant la confiscation de tous les fonds et biens mobiliers et immobiliers saisis, avec l’imposition d’une peine maximale à l’encontre du les frères Aissiou, propriétaires de la chaine télévisée El Djazairia One, allant de 15 à 20 ans de prison, et une amende de 8 millions de dinars pour chacun d’eux, avec un mandat d’arrêt international à leur encontre.

Dans le détail des jugements prononcés par le pôle judiciaire, le principal prévenu au dossier, Aissiou Ayoub, a été condamné à 20 ans de prison et à une amende de 8 millions de dinars algériens, contre 15 ans de prison pour Ibrahim et Hamza Aissiou et une amende de 8 millions et 20 ans de prison pour l’accusé Feniche Samir, avec des mandats d’arrêt internationaux à leur encontre.

Par ailleurs, le pôle a signé une peine de 32 millions de dinars en vigueur contre les personnes morales représentées dans les sociétés inculpées détenues par les frères Aissiou, tandis que le tribunal a décidé d’acquitter tous les prévenus qui n’ont pas été arrêtés de toutes les charges retenues contre eux.

Les 3 frères Aissiou, ainsi que d’autres, ont été inculpés dans le dossier de lourdes charges, liées à la violation de la législation et aux dépenses liées aux mouvements de capitaux vers et depuis l’étranger, au blanchiment d’argent, à l’utilisation des facilités accordées par activité commerciale, émission d’un chèque sans solde, outre le financement occulte de partis politiques et la dissimulation des produits du crime résultant de la corruption et du blanchiment dans le cadre d’un groupe criminel organisé et participation au blanchiment.

Quelle était le réquisitoire contre les frères Aissiou ?

Le parquet a révélé lors de sa plaidoirie que les sociétés mises en cause dans ce dossier servaient à transférer des fonds qui leur avaient été accordés dans le cadre de prêts destinés à l’investissement et à les blanchir par leurs propriétaires, les frères Aissiou, pour acheter d’autres entreprises à l’intérieur et à l’extérieur du pays, et que ces entreprises importaient des équipements sur la base de l’investissement et à travers lesquels elle bénéficie de privilèges et d’exonérations fiscales et douanières, de sorte que les enquêtes révèlent qu’elle a transféré plus de 200 milliards de centimètres, sans compter la contrebande d’équipements et d’appareils.

Le pôle pénal économique et financier de Sidi M’hamed avait requis une peine de 20 ans contre les frères Aissiou Ayoub, Ibrahim et Hamza ainsi que leur complice Feniche Samir, et une amende de 8 millions de dinars, tandis que le représentant du droit public a requis une peine de 7 ans de prison et une amende d’un million de dinars contre le reste des prévenus, et la condamnation des personnes morales représentées dans les sociétés inculpées à 40 millions de dinars algériens , avec confiscation de tous les fonds et biens mobiliers et immobiliers saisis par le juge d’instruction.