Cité universitaire de M’sila: décès d’une étudiante par électrocution

Un drame a secoué la cité universitaire, Mohamed Ben Boulaid dans la wilaya de M’sila, avec le décès d’une étudiante suite à une électrocution.

Ce dramatique incident s’est passé le lundi 7 novembre 2022, selon ce que rapporte le média arabophone « Ennahar ». En effet, une étudiante universitaire est décédée d’un choc électrique au niveau de la résidence universitaire, Mohamed Ben Boulaid (Hassouni 2) à Msila.

L’étudiante serait âgé de 22 ans et se nomme « Zeinbou Mohamed Al-Salem » de la République arabe sahraouie. Elle étudiait à la Faculté de Droit et des Sciences Politiques de l’Université Mohamed Boudiaf de M’sila.

D’après la même source, les premières informations révèlent que la défunte étudiante était sur le point de changer la lampe de sa chambre et elle aurait rendu l’âme suite à un choc électrique. Le corps sans vie de l’étudiante a été transféré à l’hôpital El Zahraoui qui se situe dans cette même wilaya.

Xiaomi Redmi 9A Mobile

Suite à ce malheureux incident, le wali d’ M’sila accompagné du directeur par intérim de l’université, se sont déplacés sur les lieux, pour avoir plus de détails concernant ce fait dramatique. Les autorités concernées ont ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de l’incident.

Les sanctions tombent suite à cet incident

Deux jours après le décès de l’étudiante en questions, l’Office national des services universitaires a décidé de suspendre les fonctions du directeur de la résidence universitaire, Mohamed Ben Boulaid, à M’sila.

De plus, un communiqué du bureau régional indique que cette décision intervient après la mort de l’étudiante sahraoui, Zeinbou Mohamed Salem Abdullah, qui ont le rappelle est morte suite à un choc électrique lundi dernier au sein de la résidence universitaire, Mohamed Ben Boulaid (Hassouni 2) à Msila.

En outre, le bureau des services universitaires a également annoncé l’envoi d’une commission d’enquête à la résidence universitaire, pour enquêter sur les circonstances de la mort de la défunte étudiante, pour prendre les mesures définitives.