Affichage de la liste de 904 logements sociaux à Bouira : La colère monte d’un cran


La ville de Bouira, est depuis, hier, en ébullition, après l’affichage des listes des bénéficiaires des 904 logements sociaux. Des dizaines de postulants, ont investi aujourd’hui, mercredi la rue, et ce, pour la deuxième journée consécutive, réclamant l’annulation pure et simple des listes des bénéficiaires et l’ouverture d’une enquête.

Bloquant la voie publique, les manifestants, dont certains étaient accompagnés par des membres de leurs familles, ont exigé l’ouverture d’une enquête. «On exige l’annulation des listes et la mise en place d’une commission désignée par les autorités centrales du pays. Des noms de bénéficiaires sont proches des membres de la commission de wilaya et de certains élus et responsables », ont indiqué certains protestataires sur place.

Craignant une protestation massive et des dérapages, des renforts de la police ont été mobilisés depuis deux jours quadrillant le siège de la wilaya et de la daira. Plusieurs personnes ont été interpellées, hier, nous ont signalé des sources policières.

«Certains noms de bénéficiaires figurant sur la liste ne sont pas dans le besoin. Des personnes même qui ne sont pas résidants en Algérie figurent parmi les bénéficiaires. C’est une preuve que la commission en charge de l’étude des dossiers des demandeurs de logements sociaux n’a pas fait convenablement son travail», A-t-on ajouté du côté des manifestants.

Pour protester contre leur exclusion des listes en question, des jeunes chauffés à blanc, ont menacé de passer à d‘autres actions musclés. «Nous allons bloqués s’il le faut l’autoroute. Nous n’allons pas nous taire face à cette Hogra. Nous vivons dans des conditions inhumaines et ce depuis des années. Aucun des membres de ma famille n’a bénéficié d’un toit, alors que des célibataires figurent parmi les premiers de la liste», a accusé un postulant, habitant le quartier Ecotec.

Les manifestants se disent choqués par le fait que le premier responsable de la wilaya s’est réuni récemment avec des représentants des comités de quartiers, alors qu’en réalité «aucun comité n’a été agréé et mandaté».

Amar Fedjkhi


Post Views:
31

Advertisements