Affaires de corruption : un ancien ministre de Bouteflika blanchi

Ce jeudi 7 juillet 2022, le tribunal de Sidi M’hamed a acquitté l’ancien ministre des Transports et des Travaux publics, Abdelghani Zaalane, qui était aussi l’ancien wali de la wilaya d’Oran. En revanche, le tribunal a condamné Mir Ben Mohamed Essaghir, un ancien parlementaire ; Kadrati Habib, ancien maire de la municipalité d’Es Senia ; mais aussi un autre ancien parlementaire, ont tous les 3 été condamné à deux ans de prison ferme et 100 000 dinars d’amende.

Ces verdicts sont intervenus suite à des accusations de ventes illégales de terrains et d’immeubles au niveau de plusieurs communes de la wilayas d’Oran. Mais également d’octroi de décisions d’avantage en faveur de personnalités et de fils de hauts responsables d’État en vendant par l’intermédiaire des municipalités et agence de gestion immobilière de la wilaya d’Oran à des prix symboliques.

Les prévenus précités ont également bénéficié de terrains dans les localités d’Es Senia et Bir El Djir en adressant une demande directe au directeur de l’agence « M.M. » sans conclure d’accord de vente par le biais d’offres et de publicités présentées par l’agence dans les journaux publics, comme le stipule la loi sur les marchés publics.

4 ans de prison requis contre Abdelghani Zaalane

Il est à rappeler que le procureur avait requis une peine de 4 ans de prison contre Abdelghani Zaalane. Lors de son interrogatoire par le juge d’audience la semaine dernière, ce dernier a nié les accusations portées contre lui, ajoutant qu’il n’avait rien à voir avec l’affaire et qu’il n’a inclus aucun nom ou liste de personnes bénéficiant de l’immobilier à Oran pendant qu’il était à la tête de le wilaya d’Oran. Tandis que les autres accusés ont nié les accusations portées contre eux dans leur intégralité.

Les accusés ont été accusés de corruption liée à l’abus de pouvoir, à l’abus d’influence et à l’octroi de privilèges injustifiés à d’autres.