Abdelaziz Djerad met en garde contre les manipulations : «Le gouvernement n’est pas en quête d’une instrumentalisation politique du virus»


Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, s’est défendu hier contre l’accusation portée par des militants du hirak contre la tentative d’instrumentalisation du coronavirus pour les empêcher de manifester.

Il est également revenu sur les dispositions prises par le pouvoir pour faire face à cette pandémie et annonce la mise en place d’un dispositif, notamment dans les zones sensibles (Blida et Boufarik) pour cerner ce virus. Invité de la Chaîne 3 de la Radio nationale, le chef de l’Exécutif a évoqué, pour la première fois, «la poursuite des manifestations», tout en mettant en garde contre les manipulations.

Pour le Premier ministre, le gouvernement n’est nullement en quête d’une instrumentalisation politique du mouvement, à l’instar de certains. «Que voulez-vous que je vous dise face à l’absurdité. Aujourd’hui, le pays est face à une pandémie mondiale et on accuse le gouvernement d’être derrière cela ; du sublime au ridicule, il n’y a qu’un pas», s’est exclamé M. Djerad. Dans ce sens, il a appelé les Algériens qui sortent les vendredis à faire attention, à être vigilants et à prendre leurs précautions, car il s’agit de leur vie, de leur santé de celle de leurs voisins, de leurs parents et de leurs enfants. «Quand je vois des dames, nos mères, nos sœurs, sortir, je ne veux pas leur interdire de le faire.

Mais je leur dis que c’est un moment très délicat, où il faudrait que vous compreniez que nous sommes dans une situation exceptionnelle et il faut des mesures exceptionnelles», a soutenu le Premier ministre, qui, plus loin, pense que «le hirak du 22 Février n’est plus le hirak d’aujourd’hui» et les Algériens, de son avis, le savent. «Au niveau du hirak, certains croient que le gouvernement cherche à trouver des justifications politiques pour l’interdire», a-t-il relevé, invitant les Algériens à faire attention aux manipulations et aux voix qui souhaitent amener le pays vers le chaos.

La fermeture des mosquées nécessite une «fetwa» !

S’agissant de la gestion de la crise du coronavirus, le gouvernement, selon M. Djerad, adopte une démarche progressive, avec des décisions qui suivent l’évolution de la situation. «Il ne s’agit pas d’ameuter l’opinion publique, ni de réagir de manière intempestive. Ne nous affolons pas. Il s’agit beaucoup plus d’être mesuré et de prendre ses responsabilités d’homme d’Etat face à une crise mondiale qui risque de se répercuter sur notre pays.» Pour faire face au coronavirus, l’Algérie, explique le chef de l’Exécutif, a importé, en une semaine, plusieurs millions de dollars de matériels, de caméras thermiques, de kits, de gants pour pallier les insuffisances.

Qu’en est-il de la disponibilté notamment des réactifs, des bavettes, et du gel hydro-alcoolique ? Le Premier ministre a assuré que ce matériel est disponible et que le pouvoir continue d’en acheter. «Pas plus tard qu’avant-hier, un avion chargé de ce matériel est arrivé en provenance des Emirats.

Nous avons importé aussi de France et de plusieurs pays européens, tels que le Danemark et la Norvège.» «En l’absence de médicaments ou de vaccins, le seul moyen d’éviter la propagation de ce virus à travers le territoire national est de cloisonner les zones sensibles, et de conseiller aux citoyens de ne pas sortir, de ne pas aller au parc, ni de laisser les enfants dehors, pour essayer de limiter, un tant soit peu, l’évolution de ce virus.»

Le Premier ministre a démenti les informations liées à la non-prise en charge de cas qui se sont présentés au niveau des hôpitaux : «L’Etat a pris  »toutes les dispositions » sur le plan sanitaire pour prendre en charge des cas qui se présentent, et il n’y a pas un cas admis dans un hôpital et qu’on a laissé partir comme certains le prétendent.»

Par ailleurs, à une question sur une éventuelle fermeture des mosquées, Abdelaziz Djerad a annoncé la tenue, hier, d’une réunion avec des savants musulmans pour «examiner les fondamentaux de la charia» et étudier «toutes les possibilités» pouvant limiter la propagation du coronavirus. «Je laisse donc aux experts et aux spécialistes de cette question le soin de prendre les mesures nécessaires allant dans l’intérêt de nos concitoyens», a-t-il ajouté.

Post Views: 204