À peine arrivé en France, un passeur algérien se fait arrêter à Nice

De nombreux Algériens quittent le pays clandestinement pour rejoindre l’autre côté de la méditerranée. Malgré le fait que certains parmi eux éprouvent des difficultés de langue, cette barrière ne les a pas empêchés de se faire des relations dans un pays étranger.

La semaine dernière, un ressortissant algérien a été arrêté à Nice, pour avoir facilité l’accès aux territoires français à des étrangers clandestins. Akram, âgé de 32 ans, a tenté à plusieurs fois d’échapper à la police avant d’être écroué derrière les barreaux.

Un passeur algérien arrêté en France

Cet Algérien est arrivé en France, il y a seulement quelques jours. Sans perdre trop de temps et sans se soucier de la barrière de la langue, Akran a décidé de faire de l’immigration clandestine sa carrière. En effet, à peine quelques ours sont passés de son arrivée en France, il a réussi à intégrer un réseau de passeurs.

Cependant, la semaine dernière, il a été intercepté par la police des frontières entre Nice et Menton. Ce sans papiers algérien était en compagnie de cinq migrants clandestins à bord d’une Renault Scénic. Face à la police, il tente de s’échapper une première fois, en vain. Suite à cette tentative, ce dernier a été blessé aux cervicales, ce qui a facilité son arrestation par la police des frontières.

Etanchal - L’étanchéité en Algérie

Devant le tribunal, l’Algérien tente une deuxième fois de s’échapper

Par ailleurs, mis en garde à vue et déféré devant le procureur de la république en vue de sa mise en examen, ce sans papiers algérien a tenté une nouvelle fois d’échapper à la justice. Menotté, il a été rapidement arrêté par les agents de police au niveau de la rue de la Préfecture devant le palais de la justice.

De son côté, son avocat, face au comportement de ce passeur algérien, a décidé d’établir une expertise psychiatrique. Cet avocat considère que la réaction d’Akram est assez étrange. En effet, selon lui, ce dernier est quelqu’un de très calme.

En revanche, le sans papiers algérien a été écroué et sera jugé, mi-janvier, pour facilitation aux étrangers clandestins l’accès en France, mais aussi pour évasion. Par ailleurs, en ce qui concerne son complice, ce dernier a été laissé libre sous contrôle judiciaire.