A Ouargla, les avocats dans la rue et les chômeurs se réorganisent


Alors que des voix dénonçaient l’implication des élèves des trois paliers scolaires dans les manifestations organisées ces derniers jours et qui ont fortement perturbé la scolarité des enfants, deux évènements majeurs ont marqué la journée du lundi à Ouargla.

D’une part l’organisation d’une seconde journée de protestation à l’université ou des dizaines d’étudiants ont battu le pavé aux slogans de « Non au 5e mandat », « Hadjar tu ne nous aura pas » et « Honte à vous ! ». Comme promis hier à l’issue d’une longue journée ou la mobilisation s’est voulue forte et retentissante dans les trois campus que compte Ouargla qui recense également quelque 30 000 étudiants, un rituel de conférence-débat en plein ai a été instauré devant la direction de l’université Kasdi Merbah ou enseignants et étudiants comptent organiser chaque jour, un sit-in et une conférence qui a verra la transmission d’un message de mobilisation citoyenne et d’implication des étudiants et des jeunes dans la vie politique du pays.

Avec le Pr Segni Laadjal, figure de proue du mouvement anti-gaz de schiste, l’assistance a eu droit à un diatribe contre le gouvernement concernant les politiques de développement dans le pays et particulièrement les zones sahariennes remettant en cause la stratégie énergétique mise en place et l’imposition d’une exploitation mal acceptée par la population des énergies renouvelables au détriment des énergies renouvelables. C’est d’ailleurs sous l’impulsion de cette mobilisation universitaire qu’un nouveau souffle anime le mouvement des chômeurs à la veille du 14 mars, date anniversaire de la Milyounia de 2013 qui a marqué un tournant dans la lutte sociale dans le sud du pays. Des appels à l’organisation de l’élan populaire ont été lancés afin de rééditer les rencontres sous la forme d’universités populaires lancées entre 2013 et 2018 pour permettre un débat entre universitaires, chercheurs et citoyens, un exposé des idées, des visions et des éclairages sur l’actualité politique et économique du pays. L’autre évènement marquant du jour est la mobilisation du syndicat des avocats de la région de Ouargla qui ont tenu un sit-in de protestation ou une centaine de robes noires ont marqué leur adhésion au mouvement populaire anti 5e mandat bien explicitement écrit noir sur blanc dans la banderole de la manifestation.

On a pu observer, pour la première fois, des avocats brandissant des banderoles appelant à l’Etat de droit et scandant les mêmes slogans réitérés par les manifestants ces quatre dernières semaines à travers le pays, avec une phrase revenue plus souvent à Ouargla « la défense est la voix du peuple”.

Related Post

Tentative de suicide collectif de chômeurs à Ouarg…
Une nouvelle «Milyounia» pour le 3 novembre
Vive tension à Ouargla
Les chômeurs en colère à In Salah

Post Views: 0