A Bouira, le DSA met des producteurs à l’index


Le problème de la commercialisation du surplus de la production de la pomme de terre à Bouira suscite souvent le mécontentement des producteurs.

Samedi dernier, des producteur de la patate du plateau d’El Asnam, à l’est du chef-lieu de la wilaya, ont déversé une partie de leur récolte sur la chaussée de l’autoroute Est-Ouest pour protester contre la baisse du prix de la pomme de terre, qui pourrait les conduire à la faillite, et aussi réclamer l’intervention des pouvoirs publics.

Intervenant hier lors d’un point de presse, le directeur des services agricoles (DSA) a qualifié de «faux» le problème soulevé par les producteurs, tout en les mettant à l’index. «Sur les 400 hectares de superficie destinés à la production de la pomme de terre au niveau du plateau d’El Asnam, 300 ont été réservés uniquement pour la production de la semence.

Or, des agriculteurs sur place ont détourné cette vocation en produisant de la pomme de terre de consommation, ce qui est à l’origine du surplus de production et la baisse du prix.

Pourtant, ces producteurs sont tous liés par des contrats de partenariat avec 6 établissements de production de semence, qui les assistent techniquement et mettent à leur disposition des moyens de stockage», a-t-il fait savoir, ajoutant que des mesures d’urgence ont été prises lors d’une réunion au ministère de l’Agriculture.

«Les magasins généraux du Sahel et ceux de Skikda ont été instruits de mettre à la disposition des agriculteurs leurs entrepôts frigorifiques à titre gracieux. Même les frais de transport depuis les lieux de récolte jusqu’aux chambres froides seront pris en charge par l’Etat. En outre, les deux organismes achèteront une partie de la production», a-t-il dit. 

Post Views: 67